Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Extrême orient, #Epoque contemporaine
[Cinéma - Mercury - Nice ] "Le Sommeil d'or" : A  la recherche de l’Hippocampe

L’Hippocampe de Ly Bun Yim… Tous les producteurs en avaient peur tant le succès devait être énorme au point de décaler la sortie des autres films sur les écrans de Phnom Penh en 1975. Sauf que le film ne sera jamais vu pour cause de chute de Phnom Penh envahie par les Khmers rouges et que nul ne le verra sans doute jamais à moins de retrouver, par miracle, les copies disparues dans la tourmente. Ne nous en reste pour l’instant que l’émouvante évocation verbale que nous en fait son réalisateur dans le film documentaire Le Sommeil d’or de Davy Chou.

Le pari fou de Davy Chou tient en sa volonté de tourner un film documentaire sur les restes parcellaires du cinéma cambodgien des années soixante et soixante-dix. Parcellaires car sur les 400 longs métrages de cette période, seule une trentaine a survécu au passage des Khmers rouges … la même proportion que pour la profession.

Contrairement aux personnages de Fahrenheit 451 qui trouvent le courage devant le danger d’apprendre chacun par cœur un livre voué à une destruction annoncée, le cinéma cambodgien n’a rien pu sauver, soit parce qu’il n’a pas vu le danger arriver, soit parce qu’il n’a pas pu sauver les copies par obstruction des autorités administratives de l'époque.

La petite poignée de survivants, comédiens, réalisateurs, producteurs, spectateurs témoignent de cette réalité confirmant Davy Chou dans son choix de ne parler du cinéma de cette époque que par évocation, que par écho, pour le rendre encore présent comme par ondes de Kelvin.

Davy Chou réussit ainsi le double exploit cinématographique de transformer ses témoins en autant de Guy Montag de Fahrenheit 451 apprenant par cœur les œuvres pour les sauver de l’oubli et de transformer l’ensemble du cinéma de l’époque en autant d’Anne et Gilles des Visiteurs du soir dont les cœurs continuent à battre malgré le diable.

« Le Sommeil d’or » - film de Davy Chou - documentaire – France - Cambodge – Numérique - 1 h 40

Commenter cet article