Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Europe, #Littérature
Portrait Berlioz - Monaco - Printemps des Arts ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Portrait Berlioz - Monaco - Printemps des Arts ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Les adeptes de Louis de Funès alias Stanislas Lefort qui, dans la Grande Vadrouille ne [voulait] que Berlioz et [Lui], se sont retrouvés juste avant le concert avec quelques minutes d’Eliott Carter et son Figment pour violoncelle avec le désormais célèbre Ivan Karizna désormais surnommé cordicide pour son exploit lors du concert précédent. Belle prestation, ce jeune homme a un avenir visiblement tout tracé. Le portrait Berlioz est conçu fort intelligemment. Il fait découvrir trois facettes du compositeur avec l’ouverture d’un opéra, une œuvre pour la voix et une œuvre pour l’alto.  

Passées les cinq minutes de Carter, le public s’est donc plongé dans les œuvres d’Hector Berlioz. Première surprise pour les habitués de l’orchestre,  des têtes inconnues s’installent, l’Orchestre Les siècles vient d’envahir le plus pacifiquement du monde le plateau de l’auditorium Rainier III. Implanté dans les Hauts –de-France, conventionné par le Ministère de la Culture et de la communication, l’orchestre les Siècles sous la direction de François-Xavier Roth, réunit des musiciens jouant chaque répertoire sur les instruments historiques appropriés.

De l’opéra Les Francs-Juges opus 3, composé par Hector Berlioz, seule l’ouverture n’a pas été détruite par son auteur. D’autres extraits de cette œuvre ont été réutilisés dans des pièces postérieures. Les Francs-Juges, œuvre de jeunesse, composée dans les années 1820, connut des déboires et notamment  le refus du gouvernement de l’époque d’accorder une licence pour créer des opéras en français. Si seule l’ouverture est désormais jouée, les curieux pourront toujours écouter la Marche au Supplice de la Symphonie fantastique et le second mouvement de la Symphonie funèbre et triomphale  pour retrouver quelques vestiges de cet opéra à jamais disparu.

Cycle de six mélodies composées par Hector Berlioz sur des poèmes de Théophile Gautier, les Nuits d’été opus 7 connurent plusieurs variations dont l’attribution de chacune des mélodies à une vois différentes. Elles présentent la particularité également de faire intervenir certains instruments de l’orchestre, jamais l’ensemble. Les Nuits d’été opus 7  sont  interprétées ce soir comme cela se fait désormais par une voix unique : celle de la mezzo-soprano Marie Lenormand. Elle possède une qualité rare : une diction parfaite qui transmet chaque variation, chaque particularité du texte.

Enfin, la Symphonie en quatre parties Harold en Italie pourrait tenir à la fois de la symphonie et du concerto. Révélation Soliste Instrumental aux Victoires de la Musique classique 2014, Adrien La Marca à l’alto met en mouvement cette symphonie n’hésitant pas à entrer et sortir da la salle, à jouer en marchant dès la porte d’entrée du plateau franchie. Il est accompagné dans ce mouvement par quelques musiques qui esquissent une mise en espace inhabituelle et donc intéressante à observer.

Le Printemps des Arts vient de rendre hommage à Hector Berlioz, décidément très en avance sur son temps, de manière fort habile mais quel dommage que le public manifeste de manière intempestive entre les mouvements  sa détestable habitude d’applaudir tout, n’importe quoi à n’importe quel moment.

Portrait Berlioz - Monaco - Printemps des Arts ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com Portrait Berlioz - Monaco - Printemps des Arts ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Portrait Berlioz - Monaco - Printemps des Arts ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com Portrait Berlioz - Monaco - Printemps des Arts ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Portrait Berlioz - Monaco - Printemps des Arts ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article

LMC 16/05/2017 14:17

Il ne faut pas en vouloir au public pour ses applaudissement, dites vous que c'est le signe que les spectateurs ont apprécié ce qu'ils ont vu ! ;)