Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Danse, #Europe, #Epoque contemporaine, #Mythe, #Amour, #Adolescence, #Jeune public
Danse - Opéra de Lyon] "Cendrillon" : éternelle et sans cesse nouvelle

Imaginez un enfant né au milieu des années soixante-dix qui a vu Cendrillon, la « sulfureuse » création de Maguy Marin à Lyon en 1985, revenir en décembre 2012 avec ses enfants pour revoir le spectacle qui a déjà usé dix distributions en 460 représentations. L’adulte de 2012 aura l’impression que le temps s’est arrêté.

Où sommes-nous exactement ? Dans une maison de poupées ? Dans un théâtre de marionnettes ? Dans un coffre à jouets ? Trois jours de montage sont nécessaires pour dresser le décor qui sert ce conte intemporel. Tous les danseurs portent masques et perruques les rendant tous anonymes. La marâtre et les deux sœurs engoncées dans d'épaisses combinaisons deviennent des monstres difformes. Cela fait aussi partie de la magie du spectacle que les bons soient beaux et que les méchants soient moches … ça rassure !

Danser avec cette carapace confère aux danseurs ce petit rien de raideur, de maladresse propre aux enfants ou aux jouets mécaniques. Quant à la bande-son, elle ponctue Prokofiev par des vagissements de bébé, histoire de nous faire régresser jusqu’au bout.

Avec Cendrillon, Maguy Marin a osé revisiter un conte universel ouvrant ainsi la voix à d’autres chorégraphes comme Angelin Preljocaj et son Blanche-Neige mais Maguy Marin restera dans l’histoire de la danse comme celle qui s’y est risquée la première et avec une œuvre qui, à son tour et une fois de plus, devient répertoire.

« Cendrillon » - Mise en scène et Chorégraphie : Maguy Marin - Musique : Serge Prokofiev

Danse - Opéra de Lyon] "Cendrillon" : éternelle et sans cesse nouvelle Danse - Opéra de Lyon] "Cendrillon" : éternelle et sans cesse nouvelle

Commenter cet article