Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Théâtre, #Cirque, #Musique, #Danse
[Théâtre –Théâtre des Célestins – Lyon] manipulations en série

En m’installant à ma place au Théâtre des Célestins, je constate que les comédiens sont déjà à l’œuvre sur scène. Quelques minutes après un brouhaha gagne le théâtre au point que j’ai failli demander aux placeurs d’aller calmer l’aimable foule qui, non seulement arrive en retard, mais se permet de faire du bruit. Merci ma langue d’avoir tourné automatiquement sept fois dans ma bouche … les comédiens sont dans leur rôle de techniciens de plateau, la scène représente en fait l’envers du décor et le brouhaha fictif vient de la salle de spectacle non moins fictive, censée être en fond de scène.

Le spectacle de Familie Flöz, célèbre collectif allemand qui s’est fait un nom dans les spectacles non verbaux, démarre avec une scène onirique d’une marionnette à taille humaine manipulée par les trois protagonistes. Sorte de Polymnie, elle reviendra de manière récurrente accompagnée par l’adagio de Barber pour marquer le temps entre les différents spectacles qui rythment la vie d’un théâtre.

Tous les types de spectacles vont se succéder dans ce théâtre : l’art lyrique, la danse, le théâtre, le one-man-show, le symphonique. Les trois protagonistes, transformistes de génie, nous interprètent 29 personnages de la scène, des plus sympathiques (une ballerine à contretemps) aux plus antipathiques (l’infernal vieux « jeune premier ») en passant par les plus touchants comme le vieux violoniste perdu d’un orchestre philharmonique invisible.

Affublé de masques, de costumes, de postiches dont ils se défont à la vitesse de l‘éclair, les comédiens sont tour à tour les techniciens et les artistes. Jouant sur le faux, ils disparaissent à cour pour réapparaitre à jardin, ils sortent et entrent par les cintres, par les malles placées sur scène, multiplient les entrées et les sorties pour donner l’illusion de la masse comme cette multiplication de ballerines que l’on jette sur scène.

Des travers du monde du spectacle, rien ne manque et le spectacle joue sur les clichés (la diva dans toute son acception, la ballerine qui se blesse, le chorégraphe russe homosexuel patenté, les vedettes ou pseudo-vedettes acclamées par les spectateurs, le technicien acariâtre) et sur les standards : L’éternel Lac des cygnes pour la danse, l’adagio de Barber pour le symphonique ou encore spargi d’amore pianto1, extrait de Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti ou encore o mio babbino caro1, extrait de Gianni Schicchi de Giacomo Puccini pour le lyrique … deux airs interprétés par Maria Callas évidemment !

En apportant une dramaturgie à ce qui, a priori, pourrait ressembler à une « simple » performance, en jouant sur les standards, les poncifs, sur le faux, en nous manipulant aussi bien qu’ils manipulent les marionnettes, Familie Flöz nous offre un vrai moment de gaité et une vraie réflexion sur le microcosme du spectacle vivant.

  1. Avis aux non spécialistes : Si ! Si ! Vous connaissez ! Ecoutez ci-dessous :

Spargi d’amore pianto : http://www.youtube.com/watch?v=_IEswJad7xo

O mio babbino caro : http://www.dailymotion.com/video/xx49d4_maria-callas-puccini-o-mio-babbino-caro_music

Teatro Delusio de Paco González, Björn Leese, Hajo Schüler, Michael Vogel (collectif Familie Flöz) - Mise en scène : Michael Vogel - durée 1 h 30

Teatro Delusio de Paco González, Björn Leese, Hajo Schüler, Michael Vogel (collectif Familie Flöz)Teatro Delusio de Paco González, Björn Leese, Hajo Schüler, Michael Vogel (collectif Familie Flöz)Teatro Delusio de Paco González, Björn Leese, Hajo Schüler, Michael Vogel (collectif Familie Flöz)

Teatro Delusio de Paco González, Björn Leese, Hajo Schüler, Michael Vogel (collectif Familie Flöz)

Voir les commentaires

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Patrimoine, #Europe
[Patrimoine -  Bouchons La Grange de Saint Jean ou Chez Louise -  Lyon] Hagiographie transcendantale

Vous en souvenez-vous ? Il y a quelques temps, je rendais hommage à un patrimoine immatériel mais succulent ... le fruit des bouchons lyonnais (cf. : http://un-culte-d-art.overblog.com/-patrimoine-lyon-mangeons-notre-patrimoine).

En ces temps de libations, je le confesse, j'ai récidivé ... mais ma récidive est conforme à mon goût pour l’hagiographie en ces temps de joie toute chrétienne, j'ai honoré LE Saint-Cochon.

D'après wikipedia, LA saint Cochon (aussi appelée saint Boudin ... sans commentaire) est une fête traditionnelle rurale française célébrée dans plusieurs régions. Les dates et les pratiques sont variables selon les régions. Elle peut être célébrée tant à titre privé (directement dans les fermes), qu'à titre public (fête villageoise). LA saint Cochon débute toujours par l'abattage d'un porc. Ces fêtes s'organisent ensuite autour de la dégustation de charcuterie, de grattons ou de boudin (sic).

Tout est dans l'article. A titre personnel, j'ai honoré LE Saint Cochon c'est à dire le plat direct sans les préliminaires pour vous présenter un authentique triptyque composé d'un prologue d'une épopée (sans chœur antique ni cœur contemporain... pour la pauvre bête consommée) et d'un épilogue que vous trouverez ci-dessous illustré.

Composé d'un boudin noir, d'une andouillette et d'un saucisson chaud, le tout arrosé d'un pot de vin tout lyonnais, l'ensemble a terminé au fond de ma curiosité patrimonialo-stomacale.

Certains sont prompts au scandale lorsqu'ils sont déçus, je préfère quant à moi vous indiquer la bonne adresse lorsque je suis ravi (de la crèche évidemment). Accueil sympathique à l'intérieur avec des serveurs aux petis soins mais attention, ne jugez pas l'endroit sur les rabatteurs peu polis et surtout contreproductifs et patientez les jours de fête car l'adresse est de plus en plus connue.

Bonne année culinaire à tous !

La Grange de Saint Jean ou Chez Louise - 1 Place du Change, 69005 Lyon - 09 81 46 00 58

Triptyque : prologue - épopée - épilogueTriptyque : prologue - épopée - épilogueTriptyque : prologue - épopée - épilogue

Triptyque : prologue - épopée - épilogue

Voir les commentaires