Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

[Musique – Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo – Monaco] Martin Helmchen : concert proustien

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Martin Helmchen

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Martin Helmchen

Il existe quelquefois des moments de grâce où certains finissent par faire une affaire personnelle de ce qui devait être à l’origine une aventure collective. Quel rapport avec Mathias Helmchen me direz-vous ? Explication.

Dans la riche saison de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, plusieurs pianistes et non des moindres se sont succédé. Si l’ancienne génération avait répondu présent, la jeune génération n’était pas sacrifiée comme en témoigne l’invitation faite à Mathias Helmchen d’être un des artistes en résidence à l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo.

Une annonce en début de concert n’augure jamais rien de bon et celle faite ce jour-là, après avoir tendu la partie du public la plus anxieuse, a rasséréné tout le monde : La Partita n°3 en la mineur, BWV 827 de Jean-Sébastien Bach était remplacée par la Partita n° 1 en si bémol majeur, BWV 825. Le monde pouvait recommencer à tourner… l’artiste était bien présent. Le programme outre la Partita en ouverture se composait également des Gesänge der Frühe(Chants de l'aube) op. 133 de Robert Schumann, d’une pièce de Béla Bartók: En plein air, SZ. 81 et de la Sonate pour piano N°20 en la majeur, D.959 de Franz Schubert.

Dès l’ouverture avec Bach, la salle s’est rapidement arrêtée de respirer et même ceux que Bach autrement qu’au clavecin ou à l’orgue insupporte ont dû en convenir, le moment fut magique. Que de grâce, de délicatesse, de déliés dans le jeu de bout en bout. Martin  Helmchen ne joue pas Bach, il en est l’interprète. Chacun avait l’envie à peine la dernière note posée de se précipiter sur son téléphone pour en entendre davantage. Mais l’heure n’était pas à la recherche, Martin Helmchen revenait suivi à distance de sa tourneuse de pages pour l’exécution de Schumann. Brève discussion, la tourneuse de page retourne d’où elle était venue, ce n’était visiblement pas le moment.  Après l’interprétation de la partita, celle de Schumann est évidemment passée beaucoup plus inaperçue quoique d’une grande maîtrise.

Retour de la tourneuse de pages sur les pas de Martin Helmchen pour Bartók. Szabadban (En plein air) est une suite de cinq pièces composée en 1926 et dédiée à sa nouvelle épouse, Ditta Pásztory. S’il est doué pour la musique de Bach, Martin Helmchen l’est également pour la musique plus contemporaine et le délié constaté dans Bach lui offre une force et une grâce dans Bartók. Accaparé par la musique, le spectateur lambda en vient malgré tout à penser que la partition est uniquement destinée à rassurer car la virtuosité nécessaire et la rapidité du tempo laissent perplexe quant à la possibilité de suivre la partition à la note près. Mais chacun aura pu admirer la maîtrise de la tourneuse de pages.

Après la pause, pour détendre les allergiques à Bartok, retour à Schubert dans une interprétation tout aussi voluptueuse. L’affaire aurait pu en rester là lorsqu’en hommage à la fois aux Ukrainiens, à Radu Lupu et Nicholas Angelich, deux pianistes disparus peu de temps auparavant, Martin Hemmlich a interprété en bis Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ (BWV 639) de Jean-Sébastien Bach. Et là, dès les premières notes, je me suis retrouvé seul dans la salle, entêté par l’odeur de ma madeleine… Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ (BWV 639) que je ne pensais pas connaître m’avait accompagné pendant des années, dans mon enfance, tous les dimanches, à la messe, pendant l’offertoire je crois, à l’orgue sous la conduite de Mademoiselle Rudelli.  Et si le bis était en l’honneur des Ukrainiens, de Radu Lupu et de Nicholas Angelich, j’y ai secrètement glissé Mademoiselle Rudelli que je ne pourrai jamais remercier de vive voix pour mes premiers émois musicaux.

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Martin HelmchenOrchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Martin Helmchen

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Martin Helmchen

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article