Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #baroque, #Epoque moderne
17èmes Musicales du Trophée – La Turbie - Ensemble Concerto di Viole ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

17èmes Musicales du Trophée – La Turbie - Ensemble Concerto di Viole ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Selon l’adage romain et à La Turbie à deux pas du trophée, cela semble de circonstance Là où Attila passe, les champs trépassent, sauf que depuis deux ans aux  Musicales du Trophée de La Turbie, l’adage est devenu Là où Barbara vient, le  baroque se tient. En effet l’alliance entre Ars viva et son directeur artistique Michel Mugot et Barbara Begelsbacher grande promotrice des musiques ancienne et baroque permet annuellement d’assister à un concert original d’une qualité infinie.

Pour son troisième concert, Ars Viva accueille l’ensemble Concerto di Viole pour un concert intitulé Promenades baroques, véritable invitation rétrospective au voyage dans la musique française pour ensemble de violes de gambe accompagnées par la très inspirée Annick Fiaschi-Dubois, musicologue spécialiste de Marc-Antoine Charpentier.  Rebeka Rusó, Brian Franklin, Arno Jochem et Brigitte Gasser qui ont tous étudié à divers moments à la Schola Cantorum Basiliensis sont réellement virtuoses. En jouant sur des violes de différentes tailles, qui reproduisent le timbre des voix humaines aux différents âges de la vie (enfance, adolescence, maturité vieillesse), ils ont suscité à la fois la curiosité de découvrir tous ces types de viole et l’admiration pour leur virtuosité.

L’attraction de la soirée était bien évidemment la viole de gambe du luthier autrichien Jakobus Stainer né vers 1619 à Absam près d’Innsbruck et décédé en 1683 ce qui en fait un contemporain et un voisin de mes plus lointains ancêtres, les Hopp, avant qu’ils ne migrent après la guerre de Trente ans pour repeupler le plus catholiquement du monde la Lorraine dévastée. Facilement reconnaissable à sa tête de lion, elle est tenue par Rebeka Rusó.

Avec Départ à l’aube, le quatuor donne le ton de la soirée  la soirée en mélangeant musique ancienne du XVIème siècle (Etienne Moulinié) et musique baroque de la première partie du règne de Louis XIV avec Henry du Mont. Le reste de la soirée est plus chronologique avec Sur le Chemin des monastères qui propose deux œuvres du XVIème l’une civile d’Eustache du Caurroy reprenant le thème d’Une jeune Fillette, air emblématique de l’époque dans ses quatre fantaisies, l’autre plus spirituelle  avec le cantique Mit Ernst, o Menschenkinder de Hans Leo Hassler. La courte excursion dans l’Angleterre d’Henry Purcell redonne à l’auditoire une  vigueur que le cantique avait temporairement réfrénée.

La seconde partie de la soirée met en avant deux grands violistes de l’époque du Roi Soleil : Marin Marais que le film d’Alain Corneau Tous les Matins du monde avait fait découvrir au grand public et François Couperin que chacun connait par l’hommage que lui a rendu Maurice Ravel. Enfin Pour le coucher du Roi et du public, le concert pour quatre parties de violes  de Marc-Antoine Charpentier ont achevé le tour d’un  siècle  de violes avec quatre musiciens inspirés.

17èmes Musicales du Trophée – La Turbie - Ensemble Concerto di Viole ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com17èmes Musicales du Trophée – La Turbie - Ensemble Concerto di Viole ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
17èmes Musicales du Trophée – La Turbie - Ensemble Concerto di Viole ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com17èmes Musicales du Trophée – La Turbie - Ensemble Concerto di Viole ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

17èmes Musicales du Trophée – La Turbie - Ensemble Concerto di Viole ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article