Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Moyen âge, #Epoque moderne, #Religion, #Patrimoine, #Tourisme, #architecture
Abbaye de Fontfroide ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Abbaye de Fontfroide ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Sur la route  de l’abbaye de Fontfroide en partant de Narbonne surgit dans un paysage de collines audoises incendiées les ruines d’un ancien château sis au milieu de nulle part. Partagé entre le bruit des armures et des épées du château médiéval et le silence monastique de l’abbaye de Fontfroide, le visiteur normalement constitué démarre normalement sa visite par le lieu calme afin qu’il ne soit pas perturbé par le bruit des armes sauf que les choses peuvent fort bien se dérouler autrement que prévu.

D’abord abbaye bénédictine (1093), l’abbaye de Fontfroide intègre l'ordre cistercien au XIIème siècle et s’étend comme toute abbaye de l’époque par une série de donations. De son rôle pendant l’écrasement du catharisme, le Très Haut la récompensa en faisant élire pape l'un de ses abbés, Jacques Fournier, sous le nom de Benoît XII. Comme l’abbaye tombe en commende à partir du XVème siècle, le Roi de France impose des abbés plus intéressés pour développer une vie de cour qu’une vie de chœur. Le Très Haut dans sa fureur envoya donc un nouveau fléau : la Révolution française qui mit fin à toute vie monastique et confia Fontfroide aux Hospices de Narbonne en 1791 favorisant au passage sa  conservation.

Partagés par moines et convers, chacun disposant de ses propres espaces, les bâtiments témoignent à la fois de l’évolution monastique et de l’évolution mondaine de l’abbaye à l’époque médiévale et à l’époque moderne. Le cloître s’ouvre sur une roseraie et des jardins où régnait le calme monastique sauf que le calme fut ce jour là largement perturbé par une harde barbare d’un nouveau genre : la caisse d’allocation familiale de l’Aude qui visiblement n’avait rien trouvé de mieux que d’organiser un jeu de piste, un rallye ou autre chasse au trésor pour adultes très bruyants voire grossiers. Si l’objectif était de faire découvrir les joyaux de notre patrimoine par la pédagogie du détour, il faut bien avouer qu’il n’a pas été atteint. Échanges de propos sur les copines de bureau, cris et éclats de rire, recherches de je ne sais quel Graal avec force vocifération ont fait fuir les visiteurs soucieux de retrouver le calme d’antan. Mais pourquoi diable ne sont-ils pas allés faire une course en sac sur la plage ?

C’est paradoxalement sur le site du château en ruine au milieu des collines incendiées sous une chaleur de plomb que le visiteur fuyant les invasions barbares modernes a pu retrouver calme et sérénité. De ce château accessible par un chemin de terre ne subsistent plus qu’une partie du donjon et une partie de l’enceinte. Bâti par le Seigneur Bringuier de Montredon en 1194 sur autorisation du vicomte de Narbonne, le château fut la proie au XVIème siècle des guerres de religion. En 1575, Narbonne, fidèle catholique dans cette région troublée, obtint le démantèlement des éléments principaux du château qui risquaient de nuire à sa sécurité.

Abbaye de Fontfroide et château de Montredon-des-Corbières ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comAbbaye de Fontfroide et château de Montredon-des-Corbières ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comAbbaye de Fontfroide et château de Montredon-des-Corbières ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Abbaye de Fontfroide et château de Montredon-des-Corbières ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comAbbaye de Fontfroide et château de Montredon-des-Corbières ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comAbbaye de Fontfroide et château de Montredon-des-Corbières ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Abbaye de Fontfroide et château de Montredon-des-Corbières ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article