Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #euro, #Afrique
Printemps des Arts de Monaco - OPMC et OSK ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Printemps des Arts de Monaco - OPMC et OSK ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Quatre ans après leur découverte grâce au Printemps des Arts, l’Orchestre Symphonique Kimbanguiste de Kinshasa,  le seul orchestre d’Afrique subsaharienne, est de retour.  L’orchestre s’est constitué à Kinshasa, petit à petit avec ses propres moyens, ses petites trouvailles, sans subventions, dans un des pays parmi les plus pauvres de la planète. Ils sont l’écho classique de leurs homologues des Benda Bilili popularisés par le film documentaire éponyme réalisé par Renaud Barret et Florent de La Tullaye en 2010.

L’Orchestre Symphonique Kimbanguiste de Kinshasa revient donc en Principauté pour un concert fusionnel avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo avec une direction alternée exercée respectivement par Armand Diangienda Wabasolele et Julien Leroy. Le programme se veut tout aussi fusionnel avec deux œuvres contemporaines : un extrait de la Symphonie n° 3  Mon Identité d’Armand Diangienda Wabasolele composée en 2010 et Luba d’Héritier Mayimbi Mbuangi composée en 2015 puis une œuvre patrimoniale la Symphonie n° 8 en fa majeur, opus 93 de Ludwig van Beethoven.

Dans les pupitres, chacun est accompagné de son alter ego, l’orchestre s’est transformé en un jeu de go à visage humain. Comme sur un plateau de jeu de go, le but est de contrôler le plan de jeu en y construisant des territoires mais ici s’arrête la comparaison car c’est de contrôle des instruments et de construction de territoires musicaux dont il s’agit. L’entente semble parfaite et les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, rencontrés de ci, de là sont non seulement ravis de l’aventure mais admiratifs devant tant de persévérance.

La Symphonie n° 3  Mon Identité d’Armand Diangienda Wabasolele sonne comme une symphonie européenne mais elle renvoie aux sonorités d’une époque ancienne, elle tranche forcément avec les musiques écrites en 2010 en France notamment Sans mouvement, sans monde d’un certain Marc Monnet. Luba d’Héritier Mayimbi Mbuangi débute avec des sonorités plus africaines mais elle retombe assez rapidement dans une construction plus occidentale. L’interprétation de la Symphonie n° 8 en fa majeur, opus 93 de Ludwig van Beethoven permet cependant d’évaluer le travail titanesque des musiciens de l’Orchestre Symphonique Kimbanguiste de Kinshasa pour pouvoir se mélanger avec un orchestre professionnel européen.

Si la découverte musicale de deux œuvres africaines d’aujourd’hui a cédé le pas sur la qualité du travail des musiciens de l’Orchestre Symphonique Kimbanguiste de Kinshasa, ce grand moment de fusion, d’amitié, d’humanité s’est révélé être un moment de respiration importante parmi les nouvelles beaucoup moins drôles que les médias se complaisent à nous ressasser à l’envi.  

Printemps des Arts de Monaco - OPMC et OSK ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comPrintemps des Arts de Monaco - OPMC et OSK ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comPrintemps des Arts de Monaco - OPMC et OSK ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Printemps des Arts de Monaco - OPMC et OSK ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article