Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Epoque contemporaine, #Musique, #Europe
Printemps des Arts Monaco - Jeunes talents - Ivan Karizna et Julien Blanc ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Printemps des Arts Monaco - Jeunes talents - Ivan Karizna et Julien Blanc ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Si le premier intérêt du Printemps des Arts est de faire entendre des œuvres et des compositeurs peu joués ailleurs notamment ceux de la deuxième partie du XXème siècle, le second est sans conteste de nous faire découvrir un certain nombre de jeunes artistes dont chacun espère qu’ils deviendront illustres.

Le concert Jeunes Talents organisés par le Printemps des Arts dans la salle du Yacht Club de Monaco le jeudi 30 mars 2017 a donc permis au public de découvrir le violoncelliste Ivan Karizna et le pianiste Julien Blanc qui à eux deux ne cumulaient pas la moyenne d’âge de l’assemblée. Le programme fort alléchant annonçait la Sonate pour violoncelle de György Ligeti, la Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur, opus 40 de Dmitri Chostakovitch,  l’Etude pour piano N°13 dite L’escalier du diable de György Ligeti et la Sonate pour violoncelle et piano de Claude Debussy.

Après un début réussi en soliste dans la Sonate de György Ligeti, le duo Ivan Karizna et Julien Blanc  semblait atteindre la perfection dans l’interprétation de la Sonate de Dmitri Chostakovitch quand soudain, la corde du violoncelle lâcha.  L’affaire aurait pu se résoudre aisément mais c’était dans compter sur la scoumoune qui fit subir à la corde de rechange le même sort que la précédente. Le Malin annoncé dans les escaliers semblait avoir pris un peu d’avance.  Le recours à l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo semblait une décision sage et simple mais c’était sans compter son engagement dans la production du Barbier à la salle Garnier… force était donc d’attendre l’entracte en espérant que…

Pour faire patienter le public Julien Blanc s’est alors lancé dans son interprétation de l’Etude pour piano N°13 - L’escalier du diable de György Ligeti. Je ne sais si le Diable comme la concierge était dans l’escalier mais cette étude est véritablement diabolique, demande à la fois une puissance et une envergure pour l’embrasser, la maîtriser. Julien Blanc ne semble craindre ni Dieu, ni Diable et l’a interprétée de manière magistrale,  faisant vibrer au final le piano pendant de longues secondes après la dernière note, prolongeant ainsi les diaboliques instants et faisant craindre que par quelques maléfiques subterfuges, Satan ne reviennent cette fois faire exploser le piano.

La corde n’étant toujours point arrivée, la faim et la fatigue eurent raison de la patience de quelques spectateurs. De l’avis  unanime du public les absents ont eu réellement tort de ne pas assister à la fin du concert qui a pu reprendre une heure après avec la reprise de la Sonate de Dmitri Chostakovitch puis l’exécution de la Sonate pour violoncelle et piano de Claude Debussy. Assurément, il faut retenir le nom de ces deux jeunes interprètes qui reviendront bientôt en artistes confirmés.

Printemps des Arts Monaco - Jeunes talents - Ivan Karizna et Julien Blanc ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com Printemps des Arts Monaco - Jeunes talents - Ivan Karizna et Julien Blanc ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com Printemps des Arts Monaco - Jeunes talents - Ivan Karizna et Julien Blanc ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Printemps des Arts Monaco - Jeunes talents - Ivan Karizna et Julien Blanc ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article