Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Europe, #Epoque contemporaine
Monaco - Auditorium Rainier III ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Monaco - Auditorium Rainier III ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Triple événement ce dimanche 5 février 2017 à l’auditorium Rainier III                de Monaco avec la présence de l’éternelle jeunesse représentée par Jean-Claude Casadesus qui, outre l’Ouverture de fête, opus 96 de Dmitri Chostakovitch dirigeait deux œuvres avec artistes invités : Nikolaï Lugansky au piano pour la Rhapsodie sur un thème de Paganini, opus 43 de Sergeï Rachmaninov et Olivier Vernet à l’orgue pour Symphonie N° 3 en do mineur, opus 78 de Camille Saint-Saëns.

Ceux qui, comme moi, s’étaient imaginé un quatrième événement avec Olivier Vernet du haut de ses orgues à la cathédrale de Monaco retransmis par faisceau en direct jusqu’à l’auditorium en ont été pour leurs frais, l’orgue s’étant déplacé jusqu’à nous. Mais trois surprises et de cette taille représentaient déjà une belle jubilation dominicale notamment la présence de Jean-Claude Casadesus. Dire que Jean-Claude Casadesus est en forme, qu’il assure, qu’il maîtrise serait très largement travestir la vérité tant il impressionne. Il court, sautille, danse et transmet à l’orchestre toute son énergie.

Dès le départ, l’ouverture de fête n’a pas été qu’un simple titre sur un programme. L’arrivée de Nikolaï Lugansky pour la rhapsodie, loin de la calmer a poursuivi cette atmosphère de fête. Mes bavardes voisines italiennes reconnaissant  leur cher Niccolò Paganini semblaient prêtes à fredonner mais l’interprétation de  Nikolaï Lugansky tour à tour puissante et raffinée a laissé la salle sans voix, voisines italiennes comprises. Se faisant un peu prier,  Nikolaï Lugansky nous a comblés en bis. D’après les premières notes, c’eût pu être du Debussy mais en bonne logique, ce fut un prélude de Rachmaninov.

Outre Jean-Claude Casadesus, Olivier Vernet et l’orchestre philharmonique, La Symphonie N° 3 en do mineur de Saint-Saëns convoque également deux pianistes habituées de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo pour une exécution à quatre mains : Maki Belkin et Héloïse Hervouët. Le plateau impressionne et fait soudainement comprendre pourquoi cette symphonie se fait plutôt rare dans les programmes… sauf à Monaco où Kazuki Yamada l’a dirigée récemment dans la cour d’honneur du palais princier.

Alors, au risque de me répéter, pour le retour de la musique française dans les programmes, pour la qualité de la programmation et pour le talent des chefs et artistes invités, merci Maestro Yamada.

OPMC - Monaco - Jean-Claude Casadesus - Nikolaï Lugansky ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comOPMC - Monaco - Jean-Claude Casadesus - Nikolaï Lugansky ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
OPMC - Monaco - Jean-Claude Casadesus - Nikolaï Lugansky ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comOPMC - Monaco - Jean-Claude Casadesus - Nikolaï Lugansky ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

OPMC - Monaco - Jean-Claude Casadesus - Nikolaï Lugansky ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article