Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Arts plastiques, #arts appliqués, #architecture, #Patrimoine, #Cinéma
Toulouse Centre d'Art les Abattoirs ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Toulouse Centre d'Art les Abattoirs ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Si le grand Horace affirmait dans son art poétique affirmait que Haec decies repetita placebit, le bon sens populaire le ramena de dix à deux avec bis repetita placent.  Et c’est bien l’adage qui m’est venu en arrivant à l’exposition des Abattoirs de Toulouse en m’apercevant que les œuvres de Raphaël Zarka, croisées au hasard de mes pérégrinations estivales au musée Sainte-Croix de Poitiers, étaient également à l’honneur des Abattoirs de Toulouse.

Fort heureusement, l’exposition présente non seulement d’autres œuvres de Raphaël Zarka mais elle est en plus pensée comme un regard croisé avec un autre artiste : Aurélien Froment.   A cela s’ajoutent les œuvres proposées dans le cadre de Mezzanine Sud 2016 installées comme le nom l’indique à la mezzanine, de Vincent Betbèze, Julie Chaffort, Rémi Groussin et Lou-Andréa Lassalle proposées dans le cadre du soutien à la création contemporaine du Sud-ouest. Et pour ceux qui n’auraient pas trouvé leur bonheur, L’exposition cadence]s réunit des œuvres des collections des Abattoirs - Frac Midi-Pyrénées, du Frac Languedoc-Roussillon, ainsi que des œuvres et des objets ethnographiques de la donation Daniel Cordier.

Les sculptures en bois de Raphaël Zarka questionnent : elles font entrer le spectateur dans une méga-partie de Tangram, puzzle ancestral chinois qui consiste à positionner différentes pièces  géométriques pour former une figure. En outre tout imposantes qu’elles soient, chacune livre sa faiblesse de construction. Pour mieux en souligner l’origine et la pérennité, Raphaël Zarka met en regard, entre autres, ses Cénotaphe(s)  d’Archimède avec le tableau prêté  par  le  Musée  des  Augustins de Pierre Henri de Valenciennes de 1787 intitulé Cicéron découvrant le tombeau d’Archimède.

Parmi les pièces d’Aurélien Froment présentées, Fitzcarraldo, est emblématique de son travail. Aurélien Froment utilise le cinéma, la mémoire collective et son récolement  comme autant de matériau.  Partant du film de Werner Herzog Fitzcaraldo et d’une trace vidéo familiale des vestiges du bateau utilisé pour le film, Aurélien Froment réalise un plan  relief, à l’échelle  1/100e, en  bois,  plâtre, plastique et végétaux. Aurélien Froment attiré par les utopies propose d’ailleurs dans deux autres pièces une variation-hommage sur les utopies à travers les personnages de Giulio Camillo, philosophe italien du XVIème siècle, scénarisé dans un dytique vidéo et de l’architecte Paolo Soleri, fondateur de la ville d’Arcosanti en Arizona et ses célèbres cloches.

Autre mise en regard, l’exposition cadence]s à la mezzanine met en regard un certain nombre de toiles africaines avec des œuvres d’art contemporaines . Le point commun de toutes ces pièces ? La rythmique du motif, la symétrie et la dissymétrie des figures et des symboles. Le spectateur suit cette rythmique du temps et des formes de l’Afrique précoloniale jusqu’à nos jours, des objets anthropologiques anonymes aux toiles de Claude Viallat. L’exposition offre en somme au visiteur une petite balade de plusieurs siècles en une mezzanine.  

Raphaël Zarka, Aurélien Froment, anonymes africains et Claude Viallat ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comRaphaël Zarka, Aurélien Froment, anonymes africains et Claude Viallat ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Raphaël Zarka, Aurélien Froment, anonymes africains et Claude Viallat ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comRaphaël Zarka, Aurélien Froment, anonymes africains et Claude Viallat ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Raphaël Zarka, Aurélien Froment, anonymes africains et Claude Viallat ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comRaphaël Zarka, Aurélien Froment, anonymes africains et Claude Viallat ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Raphaël Zarka, Aurélien Froment, anonymes africains et Claude Viallat ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article