Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Théâtre, #Musique
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Pour terminer l’année et la première partie de la saison, le Théâtre de Nice propose la veille des vacances Éclisse totale, spectacle musico-théâtral du Quatuor Leonis composé de quatre musiciens Guillaume Antonini  et Sébastien Richaud au violon, Alphonse Dervieux  à l’alto et Julien Decoin au violoncelle dans une mise en scène de  Manu Kroupit.

Éclisse totale  fait partie de ces spectacles qui  fleurissent depuis longtemps à mi-chemin entre le théâtre et la musique faisant appel à des musiciens professionnels confirmés sachant jouer en toute circonstance dans toutes les positions.  De ce point de vue, le quatuor est effectivement très virtuose, multiplie les péripéties, alterne  références classiques, standards de jazz, tubes de variété qui ont fait date ou nouveau genre musical.

Tout pour passer un moment agréable sauf que…

Sauf que la formule est ancienne et qu’il est donc indispensable dans ce contexte d’innover réellement. Les musiciens sont au niveau mais les gags ont parfois un goût de déjà vu. Sans innovation, le spectacle peut vite virer à l’éculé, au ressassé. La référence en la matière demeure Le Quatuor, cet ensemble musical humoristique avec Jean-Claude Camors (violon, composition), Laurent Vercambre (violon), Pierre Ganem (alto), Jean-Yves Lacombe (violoncelle et contrebasse) qui a sévi de 1980 jusqu’à 2015 (voir ci-dessous).

Le deuxième souci d’Éclisse totale tient dans son manque de dramaturgie, d’écriture dramatique. Éclisse totale, certes spectacle plaisant dans les premiers instants, tend à de venir une succession de gags répétitifs sans grande liaison entre eux si ce ne sont les acteurs eux-mêmes ; l’ensemble finit par tourner à l’ennui dans les dernières encablures. En comparaison, le délire platélien  donné l’an dernier au TNN  nommé En avant, marche ! mis en scène par Frank Van Laecke et Alain Platel sous la direction musicale de Steven Prengels  mettait la barre bien plus haut (https://admin.over-blog.com/write/79747305).

Ce spectacle, au final plus musical que théâtral, a-t-il vraiment sa place dans une institution théâtrale auquel cas il conviendrait de le rendre plus dramaturgique. Il  fait partie de ces spectacles qui ont rencontré le succès au festival off d’Avignon mais est-il adapté à la programmation d’un Centre dramatique national ? La question est ouverte.

Éclisse totale - Quatuor Leonis - Théâtre national de Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comÉclisse totale - Quatuor Leonis - Théâtre national de Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comÉclisse totale - Quatuor Leonis - Théâtre national de Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Éclisse totale - Quatuor Leonis - Théâtre national de Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article