Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Opéra
  ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Que dire d’un concert de musique française avec l’un de ses plus illustres défenseurs Michel Plasson si ce n’est que ce fut un moment absolument merveilleux ? Sans doute qu’à la grâce musicale dans laquelle il a plongé le public, il a ajouté en fin de concert un grand et véritable moment d’émotion en rendant hommage à deux des musiciens de l’orchestre.

Dans sa première partie, Michel Plasson, la mezzo-soprano Sophie Koch et l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo ont rendu hommage à l’opéra français à travers trois de ses représentants : Jules Massenet, Hector Berlioz et Edouard Lalo permettant ainsi au public d’entendre pour la première fois en principauté le monologue de Didon Ah ! Je vais mourir… Adieu, fière cité extrait des Troyens‎ à Carthage d’Hector Berlioz.  Puissions-nous avoir un jour la chance d’entendre  cette  œuvre en version scénique en Principauté.

Le second air présenté comme une première exécution à Monte-Carlo est l’Air de Margared Lorsque je t’ai vu soudain… d’Édouard Lalo extrait du Roi d’Ys qui, cependant, avait déjà été interprété par Sandrine Sutter en récital lors d’un concert organisé par l’association Crescendo au théâtre des Variétés en octobre 2007. Aurons-nous également un jour la chance d’entendre  cette  œuvre, étonnamment rarement jouée, en version scénique en Principauté ?

La première partie, complétée par deux airs de Charlotte : Qui m'aurait dit la place que dans mon cœur il occupe aujourd'hui… et Va laisser couler mes larmes… extraits de Werther de Jules Massenet ainsi que par la Romance de Marguerite D'amour l'ardente flamme… issue de La Damnation de Faust d’Hector Berlioz ont évidemment enchanté le public qui a réservé à Sophie Koch un triomphe mérité.

La seconde partie du programme reprend avec les suites 1 et 2 de l’Arlésienne de Georges Bizet avant de passer à la musique du XXème siècle avec l’interprétation de Ma Mère l’Oye de Maurice Ravel et sa célébrissime Laideronnette, Impératrice des Pagodes.

L’affaire aurait pu  en rester lorsque Michel Plasson prit le micro… pour rendre hommage à deux musiciens qui jouaient ce soir leur dernier concert au sein de l’orchestre avant de couler d’heureux jours de retraite : le clarinettiste Jean-Louis Dedieu et l’altiste Pierrette Guimas. Et c’est au son de Piccadilly d’Eric Satie qu’il les a invités non seulement à s’avancer mais à exécuter quelques pas de danse. Quitter l’orchestre sur un hommage de Michel Plasson et avec un tel programme, n’est-ce pas sortir par la grande porte ?

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Esprit français - Michel Plasson et Sophie Koch ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comOrchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Esprit français - Michel Plasson et Sophie Koch ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comOrchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Esprit français - Michel Plasson et Sophie Koch ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo - Esprit français - Michel Plasson et Sophie Koch ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article