Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Littérature, #Poésie, #Amérique du Nord, #Epoque contemporaine, #Amour
Paterson de Jim Jarmush ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Paterson de Jim Jarmush ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Le nouveau film de Jim Jarmush ravive le souvenir de William Carlos Williams, poète et romancier américain du XXème siècle, également pédiatre et médecin généraliste né à Rutherford, un petit village proche de la ville de Paterson, dans le New Jersey. Dans sa mise en abîme délibérée, le film Paterson suit le destin de son héros Paterson, chauffeur de bus dans la ville de Paterson. Que fait Paterson à ses heures perdues ? De la poésie évidemment.

Dans une atmosphère urbaine pesante, témoin de la Rust Belt (ceinture de la rouille) qui en a massacré l’environnement, Paterson mène une vie d’une régularité métronomique : il se lève  le matin, conduit son bus, rentre à la maison, redresse la boîte aux lettres qui est de guingois, constate les excentricités de sa femme,  n’en dit rien, dîne, sort le chien Marvin, boit un verre au bar du coin et se couche. Tout semble rangé, ordonné, mortifère et pourtant…

Paterson dès qu’il le peut ouvre son cahier et écrit. Les sons extérieurs s’estompent, la vie métronomique aussi. Même si ses plages d’écriture reviennent à moments fixes, elles brisent le quotidien, la routine qui, étonnamment, sont ses sources d’inspiration directes. Sa poésie envahit alors tout : elle s’incruste à l’écran à côté de son visage ;  elle envahit la salle ou, plus exactement, le spectateur pénètre dans la tête du poète et vit la poésie en train de se faire ; il vit le processus de création.

Et l’irruption de la poésie au quotidien finit par bousculer les habitudes elles-mêmes : de séparés qu’ils apparaissaient dans leur lit au début du film les Paterson se rapprochent, se font plus unis que jamais, la montre-réveil et son temps contraignant deviennent beaucoup plus souples et le bar de moins en moins nécessaire.

L’histoire aurait pu tourner au drame le plus absolu mais l’irruption de la sagesse orientale en fin de film jointe à l’imprégnation poétique de tout l’environnement évitent la rupture mais pour le savoir… il faut aller voir. 

 

« Paterson » - Drame, Comédie de Jim Jarmusch avec Adam Driver, Golshifteh Farahani, Rizwan Manji – États-Unis -  Date de sortie : 21 décembre 2016 –Durée : 1h 58min

Paterson de Jim Jarmush ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comPaterson de Jim Jarmush ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Paterson de Jim Jarmush ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article