Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Amour, #Jalousie
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Léo (Damien Bonnard) est à la recherche du loup quelque part entre l’Aveyron et la Lozère mais Léo se retrouve régulièrement à Brest en milieu urbain avant de se retrouver dans un milieu aquatique (oserais-je dire aqueux ?) qui ressemble au marais poitevin. Léo est régulièrement en contact téléphonique avec quelqu’un qui lui demande un scénario quand il lui demande de l’argent. Léo se cherche physiquement, socialement, sexuellement, intellectuellement...

Léo rencontre Marie (India Hair) qui veut de lui et qui lui fait un enfant mais Léo rencontre également Yoan (Basile Meilleurat) qui ne veut pas de lui mais qui veut bien de Marcel (Christian Bouillette) et de Jean-Louis (Raphaël Thiery) dont Léo ne veut pas… enfin, ça dépend. Et Marie ne veut plus de lui mais de Yoan qui ne veut toujours pas de Léo mais de Jean-Pierre, le père de Marie. Léo rêve de ville pour travailler son scénario sur la campagne mais rêve de campagne lorsqu’il est en ville et en oublie son scénario.

Lorsque Léo est en perdition, il se retrouve chez Mirande, éco-psychanalyste du marais poitevin (Laure Calamy) et ses électrodes végétales : curieux. Il y est poursuivi par son producteur (Sébastien Novac) qui se trouve avoir le même aspect que le sans domicile fixe rencontré à Brest : étrange. Comment l’a-t-il retrouvé ? Mystère. Léo, personnage central, rencontre différentes personnes qui finissent toutes par se rencontrer, se connaître, échanger, faire l’amour, vivre ensemble. Vous avez dit coïncidences ?

Comme Providence d’Alain Resnais, le film semble décrire un processus de la création non pas littéraire mais cinématographique. Le héros semble mélanger fantasmes et réalité sans qu’il ne soit réellement possible au spectateur de démêler le vrai du faux. A mesure que le film avance, les options de la trame narrative se font jour à travers l’attraction sentimentale ou sexuelle des uns pour les autres ; le film explore, creuse, met de côté puis revient sur des sujets de société comme la gérontophilie, la fin de vie ou la polémique autour du loup.

A la manière d’un arbre de choix, le film nous donne à voir le champ des possibles, les différentes combinaisons, comme dans un fourmillement d’idées qui n’auraient pas encore pu décanter. Alain Guiraudie qui filme ses acteurs avec tout leur talent et toute leur maladresse rend ainsi vivant et perceptible les errances du processus de création. Il nous invente le film avant le film et enjoint à tout le monde …. de rester vertical face à l’adversité.

« Rester vertical » - Drame d’Alain Guiraudie avec Damien Bonnard, India Hair, Raphaël Thiéry - France - Date de sortie : 24 août 2016 - 1h 40’

Rester vertical - Film d'Alain Guiraudie - Cinéma Rialto - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comRester vertical - Film d'Alain Guiraudie - Cinéma Rialto - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comRester vertical - Film d'Alain Guiraudie - Cinéma Rialto - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Rester vertical - Film d'Alain Guiraudie - Cinéma Rialto - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article