Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Extrême orient, #Amour, #Bad boys
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Quand j’étais de quelques années plus jeune, une opération cinématographique niçoise dénommée Les Inaperçus reprenait les films pas ou peu distribués sur la ville de Nice… et il y avait du travail. Le cinéma Le Mercury semble désormais s’atteler à la tâche et nous propose, cinq mois après sa sortie nationale, le dernier film de Hong Sang-Soo Un jour avec, un jour sans que je pestais de n’avoir pu voir.

Je ne me lasserai jamais de répéter l’adage de Jean-Baptiste Morain des Inrocks : «Hong Sang-Soo c'est toujours la même chose en différent». Ici, un couple, une histoire d’amour, un bar, un restaurant, un intérieur, de copieuses engueulades dues à quelques beuveries : le décor, l’atmosphère et le contexte sont effectivement toujours les mêmes. Le traitement est lui encore une fois différent comme une déclinaison formelle autour du fait amoureux.

Un jour avec, un jour sans est un film coupé en deux ou plutôt, un film qui raconte la même histoire mais avec deux réactions différentes qui en changent l’histoire, l’agencement des personnages, leurs relations. Ce n’est pas aussi touffu que Smoking, No smoking d’Alain Resnais ; les conséquences bouleversent les relations à très court terme mais pas les vies à très long terme. En revanche, le film pose la question essentielle du point de vue, du point de rupture, de la narration qui prend tel ou tel tour en fonction des éléments et des événements instillés dans le film.

Le spectateur qui connaît forcément le déroulé de l’histoire retombe en enfance et se pique aux jeux des différences : le porte verte devient bleue, l’artiste peintre n’exécute plus la même toile, les personnages visibles à l’écran dans la première partie deviennent de simples évocations dans la seconde mais notre mémoire restitue parfaitement les traits de l’homme que l’on ne voit plus.

Hong Sang-Soo réussit encore une fois à nous captiver avec la narration d’une rencontre qui n’aboutit ni dans une histoire ni dans l’autre ; quoi que les personnages fassent, disent, ils sont prisonniers d’un destin qui est déjà écrit, ils ne peuvent s’y permettre que quelques digressions. En fait Hong Sang-Soo filme toujours les amours impossibles, les rencontres irréalistes… thèse, antithèse, synthèse.

« Un Jour avec, un jour sans » - Drame de Hong Sang-soo avec Jae-yeong Jeong, Kim Min-Hee, Yeo-jeong Yoon – Corée du Sud - Date de sortie : 17 février 2016 - 2h 01’

« Un Jour avec, un jour sans » de Hong Sang-soo - Cinéma Mercury - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com« Un Jour avec, un jour sans » de Hong Sang-soo - Cinéma Mercury - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com« Un Jour avec, un jour sans » de Hong Sang-soo - Cinéma Mercury - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

« Un Jour avec, un jour sans » de Hong Sang-soo - Cinéma Mercury - Nice ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article