Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Moyen âge, #Epoque moderne, #Patrimoine
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Dans le cadre de ses concerts décentralisés, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo cède en ce dimanche sa place à un orchestre plus réduit en nombre mais pas en qualité avec l’ensemble de musique ancienne l’Ambroisie. Composé de deux flûtes à bec, de trois saqueboutes, de deux violes de gambe et de percussions, l’ensemble regroupe des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo et d’enseignants de l’Académie Rainier III de Monaco : Marie-Claire Bert et Gianni Rivolta (flûtes à bec), Emmanuelle Catlin et Sibylle Schuetz (violes de gambe), Jean-Yves Monier et Gilles Gonneau (saqueboutes ténor), Ludovic Milhiet (saqueboute basse) et Christian Hamouy (percussions).

Le curé ou le vicaire des lieux accueille le public en l’église Saint-Charles de Monaco s’étonnant avec un humour très british de voir autant de têtes inconnues dans un tel lieu qui, répète-t-il, peut les accueillir aussi chaleureusement à d’autres moments. Avec un humour caustique non moins bien senti, la musicologie Annick Fiaschi Dubois reprendra au cours du concert les premiers vers de la chanson de Roland de Lassus : Susanne, un jour...

Susanne un jour d'amour solicitée

Par deux viellardz, convoitans sa beauté,

Fust en son coeur triste et desconfortée,

Voyant l’effort fait à sa chasteté.

précisant que la décence lui interdit bien évidemment d’en dévoiler davantage aujourd’hui dans un tel lieu.

Le concert d’aujourd’hui est une invitation à la découverte, une invitation au voyage qui sied fort bien à la période concernée qui voit, de la fin du Moyen-âge à la Renaissance, les Européens s’ouvrir sur le monde. Concert découverte sans prétention pédagogique ou didactique, il balaie une période qui s’étend de la Guerre de Cent ans avec Francesco Landini (né vers 1335 peut-être à Florence et mort le 2 septembre 1397) à Biagio Marini (Brescia, 5 février 1594 – 20 mars 1663) aux portes de la musique baroque. Ce concert témoigne ainsi de l’évolution de la musique en Europe occidentale à une époque charnière où les Européens découvrent d’autres civilisations, redécouvrent les auteurs anciens et assistent, sans en être réellement conscients, à une des plus formidables avancées de l’histoire de l’humanité : l’invention de l’imprimerie qui permettra outre la production de multiples littéraires ou musicaux de limiter les pertes d’un certain nombre d’œuvres. Annick Fiaschi-Dubois insistera d’ailleurs fort justement sur le rôle non négligeable de l’éditeur parisien du XVIème Pierre Attaingnant qui a permis que l’humanité garde une trace même infime du compositeur français du XVIème siècle Claude Gervaise réputé pour ses livres de Danceries.

Passant de compositeurs en capitales royale, ducale ou princière, le public a ainsi pu retrouver la musique des Français François-Eustache Du Caurroy, Étienne Du Tertre ou Claude Gervaise mais également partir, comme les musiciens de l’époque, à la découverte des Italiens Francesco Landini, Biagio Marini ou Andrea Falconieri, de l’Allemand Michael Schultze dit Praetorius ou encore du flamand Roland de Lassus (ou Orlando di Lasso, Orlande de Lassus ou encore Roland Delattre). L’un des intérêts du concert a également résidé dans une mise en contexte régulière réalisée avec brio, humour et efficacité, sans anecdotes inutiles, par la musicologue Annick Fiaschi-Dubois, décidément précieuse dans ce type d’exercice. L’autre intérêt a été également la présentation des instruments d’époque permettant au passage de savoir que les percussions traditionnelles actuelles étaient très proches des percussions de la Renaissance.

Si Susanne, un jour… se fit discrète, elle laissa sa place ce jour-là à Annick Fiaschi-Dubois, à Marie-Claire Bert, Emmanuelle Catlin, Sibylle Schuetz, Gianni Rivolta, Jean-Yves Monier, Gilles Gonneau, Ludovic Milhiet et Christian Hamouy qui, pour le bonheur du public, le furent beaucoup moins.

Eglise Saint-Charles - Monaco - Ensemble L'Ambroisie - Annick Fiaschi-Dubois - Marie-Claire Bert - Jean-Yves Monier ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comEglise Saint-Charles - Monaco - Ensemble L'Ambroisie - Annick Fiaschi-Dubois - Marie-Claire Bert - Jean-Yves Monier ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Eglise Saint-Charles - Monaco - Ensemble L'Ambroisie - Annick Fiaschi-Dubois - Marie-Claire Bert - Jean-Yves Monier ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comEglise Saint-Charles - Monaco - Ensemble L'Ambroisie - Annick Fiaschi-Dubois - Marie-Claire Bert - Jean-Yves Monier ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Eglise Saint-Charles - Monaco - Ensemble L'Ambroisie - Annick Fiaschi-Dubois - Marie-Claire Bert - Jean-Yves Monier ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article