Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Amérique du Nord
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

A défaut de voir le zoo de Cincinnati vanté à la fois par le chauffeur de taxi et Lisa, nous avons pu admirer les exploits du zèbre Michaël Stone. S’il a écrit Comment puis-je vous aider à les aider ?, succès commercial à défaut d’être littéraire, Michaël Stone semble plus empêtré à se l’appliquer à lui-même. Débarquant à Cincinnati où il doit faire une conférence devant un parterre d’idolâtres, Michaël Stone nous fait une démonstration de déprime du quinquagénaire finissant qui en a soupé de la vie lobotomisée.

Lobotomisés. C’est le mot qui vient immédiatement à l’esprit lorsque l’on voit ces curieux personnages d’animation tous taillés sur le même modèle : une fente au niveau des yeux et autour du front à la base des cheveux qui interdit donc à tout personnage la calvitie. Ils sont comme construit, dupliqués, standardisés. La standardisation atteint même des sommets avec des voix qui sont souvent de timbre identique, rendant les personnages interchangeables, insignifiants, aseptisés.

Aseptisés ? Il n’y a pas que les personnages qui le sont. Les conversations notamment celle du chauffeur de taxi, celle du réceptionniste de l’hôtel, celle du groom, le sont également. Quant à la musique, elle n’a jamais autant mérité son surnom de musique d’ascenseur : elle exhibe des notes tristes et molles plus ternes que jamais. Les espaces sont tous des espaces convenus : la chambre d’hôtel plus vraie que nature dans le genre Mercure-Ibis vous renvoie à votre propre expérience en chambre d’hôtel. Nous pourrions être à Cincinnati, Séoul, Milan ou Dresde que l’agencement serait identique.

Identique ? A même agencement, même attitude. Michaël Stone, dépressif, volontiers misanthrope, aisément phallocrate, largement alcoolique finit de personnage atypique qu’il était au départ par parachever le tableau en devenant aussi stéréotypé dans son attitude que son état sous-entend. Il téléphone à sa femme par habitude, peste lorsqu’il doit parler à son fils, picole au bar, tente une première aventure sans succès puis une deuxième avec une fille à qui il claironne qu’elle est la femme de sa vie avant de sombrer dans les bras de Morphée et de reprendre la vie comme elle se déroule.

Il semblerait que Duke Johnson et sa stop motion (animation de marionnettes image par image) dans des décors hyperréalistes ait merveilleusement fait ressortir les affres et les tourments de Charlie Kaufman. « Je vous dois combien, Docteur Johnson ? ».

Anomalisa de Charlie Kaufman et Duke Johnson avec David Thewlis, Jennifer Jason Leigh, Tom Noonan - Comédie dramatique – Film d’Animation –États-Unis - Date de sortie 3 février 2016 - 1h 31

Commenter cet article