Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Arts plastiques, #Photographie, #Urbanisme, #Patrimoine, #Enfance, #Adolescence, #Vieillesse
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Dans La Guerre, roman hélas méconnu publié en 1970, Jean-Marie Gustave Le Clézio fait dire à son héroïne Béa B. « Dans la rue, tout me semble écrit. La ville est une architecture d'écriture. » Il nous semble avoir retrouvé en Jacqueline Salmon, Béa.B héroïne de La Guerre. 42,84 km² sous le ciel, l’exposition actuelle de l’Hôtel des Arts de Toulon qui est consacrée à la photographe Jacqueline Salmon est d’ailleurs doublement monographique. Elle est le résultat de deux ans de résidence dans la ville de Toulon qu'elle a patiemment auscultée cherchant à en comprendre tous les ressorts historiques et contemporains.

Avec une grande patience, Jacqueline Salmon a exploré les méandres de l’histoire toulonnaise de sa rade et ses marins à son équipe de rugby en passant par les forçats sans omettre les transformations physiques de la ville. Elle a arpenté archives et bibliothèques, rencontré des Toulonnais au gré des circonstances, appris à les connaître un peu davantage, négocié parfois longuement une prise de vue. Jacqueline Salmon en a ainsi tiré une lecture à différents niveaux : une strate environnement avec le mistral comme élément moteur, une strate urbanistique avec les changements urbains, et une strate sociologique et ses mentalités collectives.

Pour collecter les prises de vues, étape importante s'il en est, Jacqueline Salmon a fait comme Béa B. dans La Guerre : « On l'a perdue de vue, comme ça, sans s'en rendre compte, un beau jour. Elle a a fondu à l'intérieur de la foule, et pas moyen de savoir ce qu'elle est devenue. », immersion totale en milieu urbain comme pour en tirer la substantifique moelle. Sauf que contrairement à Béa B. qui « s'est perdue au milieu de la ville très facilement et il y a de fortes chances qu'on ne la retrouve jamais. », Jacqueline Salmon a réapparu pour rendre l’esprit de sa quête.

« Alors [Béa B.] faisait le plan de la ville , pour arrêter le mouvement du tourbillon. Mais ça n’était pas facile(….). Le plan se défaisait sans cesse. Rien n'était définitif. Il n'y avait que du mouvement. (…) Elle recommençait (..) première nébuleuse. Deuxième nébuleuse. Troisième nébuleuse. Poche de vide. Constellation. ». Comment rendre deux ans de quête ? De rencontres ? De surprises ? Comment écrire spatialement ce ressenti, ? ces rencontres ? Ces surprises ?

Pour rendre la manière dont elle a écouté respirer la ville, Jacqueline Salmon a savamment étudié les lieux de l'exposition : au rez-de-chaussée : histoire et mentalités collectives : le port, les marins, le bagne, le rugby, les transformations urbanistiques puis comme dans les rues de Toulon, c'est le mistral qui nous pousse dans les escaliers du premier étage : mistral dont les turbulences sont marquées par de petites flèches, de petits vecteurs sur les photos, comme ces nuées d'étourneaux qui marquent périodiquement le ciel. Ce vent qui nous pousse nous propulse parmi ce qui fait l'essence même de l'exposition : les Toulonnais, multiples et un à la fois. Ils sont arrivés dans cette ville et n'en sont pas partis, du moins pas encore, voire n'en partiront plus. Cette galerie accompagnée de courtes biographies met la ville en mouvement, la montre telle qu'elle est : cosmopolite, excessive, accueillante, mutante... méditerranéenne. Chaque série de portrait est ponctué par des arbres mus par le vent qui nous propulse à nouveau de groupe e n groupe, d'âge en âge. Car la galerie dessinée par Jacqueline Salmon s'ouvre et se ferme couchée : des premiers temps de la vie à la vie qui s'en va, rendant bien compte du mouvement perpétuel de la ville … et de ses habitants.

Hôtel des Arts - 42,84 km² sous le ciel - Exposition de jacqueline Salmon ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comHôtel des Arts - 42,84 km² sous le ciel - Exposition de jacqueline Salmon ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comHôtel des Arts - 42,84 km² sous le ciel - Exposition de jacqueline Salmon ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Hôtel des Arts - 42,84 km² sous le ciel - Exposition de jacqueline Salmon ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comHôtel des Arts - 42,84 km² sous le ciel - Exposition de jacqueline Salmon ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comHôtel des Arts - 42,84 km² sous le ciel - Exposition de jacqueline Salmon ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Hôtel des Arts - 42,84 km² sous le ciel - Exposition de jacqueline Salmon ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article