Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Patrimoine, #environnement, #Tourisme, #Amour, #mort
Lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Quelle page de la littérature française vient immédiatement à l’esprit lors d’un séjour sur un lac ? Le Lac d’Alphonse de Lamartine bien sûr ! THE LAKE que chacun a appris dans sa scolarité. Mais le brave écolier se souvient-il au bout de tant d’années de la teneur même du poème qu’il a ânonné ?

Le Lac dit en substance :

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !

Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,

Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,

Au moins le souvenir !

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,

Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,

Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages

Qui pendent sur tes eaux.

Contrairement à nous, contemporain d’Alzheimer, le lac doit donc garder trace des multiples rencontres amoureuses et autres amourettes romantiques des humains de passage, dans tous les sens du terme. Certes, le lac de Como n’est pas celui du Bourget mais je suppose qu’il lui est assigné les mêmes fonctions par le poète. Or, le lac de Como ayant vu construire la villa de Pline le Jeune au 1er siècle avant J.-C., a donc assisté au défilé de millions de touristes selon une échelle exponentielle. Déjà qu’il se cogne sur ses berges les imbéciles cadenas d’amour, vous imaginez la mémoire saturée du pauvre Lac par les « Chéris », les « Je t’aime », les « Et toi tu m’aimes aussi ? », les « C’est qui cette Nathalie ? » car il a dû en entendre également des vertes et des pas mûres au point de nous faire regretter son désespérant mutisme.

Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !

Suspendez votre cours :

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

Délice ? Qui n’a pas songé à ces paroles devant un lac mais qui n’a pas également pesté, immédiatement après, contre la langue française et ses chausse-trappes avec des mots comme délice, amour et orgue, masculins au singulier et féminins au pluriel. Bref l’amour le plus grand, parmi les plus grandes que j’ai vécues au son d’un joyeux orgue parmi les plus joyeuses me remplit d’un beau délice parmi les plus belles. Oui ! je sais je suis RI-DI-CU-LE ! Revenons à Lamartine

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,

Que les parfums légers de ton air embaumé,

Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,

Tout dise : Ils ont aimé !

Alors sans hésitation, allez prendre l’air, le frais, l’apéritif et tout ce que vous voudrez à Bellagio et sur les berges du lac de Como ! Partez en bateau ! Allez susurrer sans cesser des mots doux à qui vous voudrez (les animaux de compagnie sont acceptés) ! Prenez quinze mille photos que vous ne regarderez jamais ! Et laissez vous bercer par Lamartine, son lac et tous les autres !

Bellagio et le lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comBellagio et le lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comBellagio et le lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Bellagio et le lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comBellagio et le lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comBellagio et le lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Bellagio et le lac de Como ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article