Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Opéra
Nice Matin - droits réservés
Nice Matin - droits réservés

Pour les mélomanes, Summer dream, outre son côté caritatif forcément louable, était l’occasion d’entendre le baryton russe Dmitri Hvorostovsky. Las ! Après l’annulation de l’opéra Iolanta de Piotr Ilitch Tchaïkovski en version de concert le 21 juin dernier en raison des problèmes de santé de la soprano Anna Iourevna Netrebko, Dmitri Hvorostovsky ne pourra pas non plus assurer sa venue, pour des raisons de santé également . L'ensemble du milieu musical lui envoie tous ses vœux de prompt rétablissement en espérant que cela ne soit que partie remise.

Déjà assommés par la nouvelle de la maladie de Dmitri Hvorostovsky, Monaco Matin du groupe Nice Matin vient de révéler aux mélomanes dans son édition du 2 juillet 2015 que celui qu’ils ont cru entendre comme baryton pendant des années était en fait un ténor (« ce ténor d’opéra reconnu pour être le plus grand chanteur de sa génération », « l’absence du ténor Dmitri Hvorostovsky » précise la photo). Évidemment, le mélomane de base qui a entendu Dmitri Hvorostovsky en scène aurait du avoir la puce à l’oreille : tenir des rôles comme le Comte Alamaviva dans Le Nozze di Figaro de Wolfgang Amadeus Mozart, Simon Boccanegra, le comte de Luna dans Il trovatore, Renato dans Un Ballo in maschera, Rodrigo marquis de Posa dans Don Carlos, Giorgio Germont (le père ! Surtout pas le fils !) dans La Traviata de Giuseppe Verdi ou encore Eugène Onéguine ou le Prince Yeletski dans La Dame de pique de Piotr Ilitch Tchaïkovski, seul un ténor pouvait relever ce défi !

Mais les mélomanes toujours sous le choc devaient boire le calice jusqu'à la lie. Ils ne s’attendaient sans doute pas à la nouvelle suivante, un véritable scoop : « Olga Peretyatko (…) viendra directement du Milan (sic) où elle interprète le rôle titre d’Otello à la Scala de Milan » poursuit l’article. Et là c’est tout un monde qui s’écroule ou plutôt un des deux mondes car, il faut se rendre à l’évidence, l’un des deux a changé de sexe mais lequel … Otello ou Olga Peretyatko ? Curieux que l’article n’ait pas dit qu’Othello (ou Otello pour l’opéra) était une œuvre de… Marivaux ! Cela aurait résolu l’équation. D’ailleurs, de quel Otello s’agit-il … celui de Giuseppe Verdi ou celui de Gioacchino Rossini ? L’article ne le précise pas… heureusement !

Pour les mélomanes qui, il y a quelques jours, avaient déjà appris par la même source, que Maria Callas avait donné des concerts après 1965 sans qu’ils en aient été informés, le chamboulement était total ! Apprendre qu’à la suite des concerts imaginaires de Maria Callas, un ténor russe à la voie de contrebasse était remplacé par une soprano sans doute transgenre pour jouer le rôle titre d’un célèbre opéra travesti d’on-ne-sait-qui, le comble était atteint.

Alors qu’un petit clic… même sur Wikipédia… eut évité un grand choc… aux gens cultivés ou avides de culture.

Commenter cet article

Hirn 06/07/2015 06:37

elle est hallucinante cette dame elle dit n'importe quoi, accuse les autres de mauvaise foi et demande à ce qu'on n'achète plus le journal qui l'emploie

Hillion 04/07/2015 13:35

Cher Monsieur,
je vois que vous apportez un soin extrêmement particulier à la lecture de notre édition, et je vous en remercie. Pourtant votre ton ironique et votre satisfaction évidente lorsque vous pouvez pointer des erreurs, me laisse présager d'un petit côté aigri chez vous, que votre mauvaise foi évidente finit de me confirmer. En effet, les "erreurs" que vous vous appliquez à mettre en exergue avec délice, n'en sont pas. En ce qui concerne la qualification de ténor, il m'a bien été précisé par un spécialiste de votre trempe (puisque je fais correctement mon travail de journaliste contrairement à ce que vous semblez penser), que l'on pouvait utiliser l'appellation "ténor d'opéra" pour définir un chanteur à la carrière internationale. Et c'est là où votre mauvaise foi se manifeste le plus clairement, c'est que vous omettez de préciser dans votre texte, la phrase d'ouverture de mon article où je précise bien que c'est un baryton basse, et qu'à la phrase suivante, j'emploie effectivement le terme de ténor d'opéra pour éviter une répétition. Je retranscris donc le début du papier dans son entier par souci d'honnêteté : "Coup du sort. Suite à un grave problème de santé, le baryton basse Dmitri Hvorostovsky a annulé tous ses concerts de l'été. Surnommé le tigre de Sibérie, pour sa flamboyante chevelure blanche ce ténor d'opéra, reconnu pour être le plus grand chanteur de sa génération, devait assurer le concert caritatif de la 4e édition du Summer Dream, au profit de la fondation du prince Albert II."
Concernant votre délire sur le rôle titre d'Otello, je tombe de ma chaise. On se doute bien que la soprano ne jouera pas Otello, mais bien sa femme, qui est considéré aussi comme un rôle-titre de cet opéra ! A moins que dans votre conception des choses, une femme ne puisse tenir un rôle-titre dans un opéra.
Monsieur, il semble que votre petit bonheur quotidien est de vous payer un journaliste de Monaco-Matin. Je vous conseillerai donc de vous dirigez vers la lecture de la presse musicale, afin de ne plus être "choqué". J'aurai en revanche un conseil de professionnel à vous donner : évitez l'emploi exagéré des points de suspension, ça plombe le texte et ce n'est pas dans l'usage de la langue française.
Au plaisir de ne plus vous lire
Anne-Claire Hillion
Journaliste à Monaco-Matin

Charles 05/07/2015 12:26

Chère Madame, Quelques précisions :
Dmitri Hvorostovsky est baryton et non baryton-basse. Le terme ténor d’opéra au sens figuré ne s’applique jamais en musique pour éviter la confusion, confusion entretenue par la légende de la photo (pallier l'absence du ténor Dmitri Hvorostovsky).
Rôle titre : rôle homonyme du titre de l'œuvre. Liste non exhaustive de rôles-titres féminins dans l’opéra : Elektra, Tosca, Manon Lescaut, Salomé, Anna Bolena, Thaïs, Médée, Norma, etc. Ma « conception des choses » n’a donc rien à voir là dedans.
Mauvaise foi : état d'esprit de quelqu'un qui, affirmant qu'il est sincère, sait qu'il dit une chose fausse. Je ne me sens donc nullement concerné.
« Un petit côté aigri chez vous », « mauvaise foi évidente », « votre conception des choses » sont des jugements de valeur. « Votre petit bonheur quotidien est de vous payer un journaliste de Monaco-Matin » : outre que le terme quotidien me semble abusif, je n’ai nulle intention de « me payer » quiconque.
Quant à votre conseil « J'aurai en revanche un conseil de professionnel à vous donner : évitez l'emploi exagéré des points de suspension, ça plombe le texte et ce n'est pas dans l'usage de la langue française. », je vous en remercie c’est toujours grâce à la critique que je me suis bonifié.
Bonne journée.