Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Europe, #Epoque contemporaine, #Antiquité, #Religion
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

« Il y eut un soir, il y eut un matin : premier jour » de festival. Pour ouvrir les 15ème Musicales du Trophée, l’association Ars Viva a opté pour l’ante-chronologie en commençant par un requiem. Et pas n’importe quel requiem, un de ceux que l’on n’entend jamais en raison de l’effectif qu’il suppose : ein deutsches Requiem de Johannes Brahms ou pour lui conserver toute sa titulature « Un Requiem allemand, sur des textes de l'Écriture sainte, pour solistes, chœur et orchestre (avec orgue ad libitum) ».

Cette œuvre sacrée mais non liturgique se compose de sept mouvement rappelant ainsi la création du monde dans la Genèse : elle s’ouvre avec le parole de Matthieu (V, 4) « Bienheureux ceux qui souffrent car ils seront consolés » et se clôt par un verset de l’Apocalypse (XIV, 13) « Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! » non sans avoir rappelé au troisième mouvement notre condition d’éphémère créature « Seigneur, fais-moi savoir que mon existence doit avoir une fin » (Psaume XXXIX, 5) et l’inanité de nos possessions au cinquième « Car ici-bas nous n'avons pas de cité permanente » (Hébreux XIII, 14).

Est-ce notre époque de vaine abondance, d’inutiles accumulations, de stériles propositions commerciales qui nous pousse à vibrer pour ce requiem ? Il nous donne un avant goût du plus exceptionnel des voyages qu’aucune agence n’est en passe de nous vendre : le dernier ! Le Requiem de Brahms est bien le pendant musical de cet extrait des Essais de Montaigne qui s’intitule « Que philosopher c’est apprendre à mourir » (Essais I, 19).

Proposé par Michel Mugot dans le cadre de ce festival, Ein deutsches Requiem est proposé ce soir dans un format de poche qui ne signifie nullement au rabais bien au contraire. Orchestré pour qu’il puisse s’adapter aux musiciens de l’orchestre de Poche et au Chœur de Chambre "1732", il résonne à la perfection dans l’église Saint Michel de la Turbie.

Outre Michel Mugot qui assure le conseil artistique de l’association et du festival et coordonne l’orchestre de poche dans lequel on retrouve des musiciens de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo et de l’Académie Rainier III, l’autre homme de la soirée est sans conteste Bruno Habert. Outre la direction musicale du chœur semi-professionnel « 1732 », Bruno Habert est également l’auteur de la réorchestration de la partition pour cet effectif et dirige avec dextérité l’ensemble du plateau artistique. Retrouver Bruno Habert après plusieurs années dans une création artistique d’une telle ampleur est évidemment un bonheur absolu.

Direction d’orchestre assurée, musiciens de grande qualité, chœur et solistes très impliqués, le plateau artistique présente une unité, un équilibre et une qualité musicale d’exception.

Pour parachever la réussite de cette soirée à laquelle il ne manquait déjà pas grand-chose, la contribution de la musicologue Annick Fiaschi-Dubois n’y a pas été étrangère. Son discours introductif, « sobre, solennel sans être pesant » aurait dit Jacqueline Maillant, est un modèle de présentation telles qu’elle devrait toujours être : une mise en contexte structurante sans anecdotes douteuses.

Le plateau artistique « acheva au septième jour l’œuvre qu’il avait faite, il arrêta au septième toute l’œuvre qu’il faisait » (Genèse II, 2) laissant le public savourer la vie dans les grands plaisirs qu’elle procure encore.

Eglise Saint-Michel - La Turbie : Johannes Brahms : ein deutsches Requiem ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comEglise Saint-Michel - La Turbie : Johannes Brahms : ein deutsches Requiem ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com
Eglise Saint-Michel - La Turbie : Johannes Brahms : ein deutsches Requiem ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.comEglise Saint-Michel - La Turbie : Johannes Brahms : ein deutsches Requiem ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Eglise Saint-Michel - La Turbie : Johannes Brahms : ein deutsches Requiem ©Théodore Charles/un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article