Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Arts plastiques, #architecture, #Enfance, #environnement, #Lumière, #utopie, #Epoque contemporaine, #Europe
© Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.com
© Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.com

Depuis le début des années 1990 il construit son univers, récupérant des objets et matériaux dans son environnement ou dans ce qui a fait son environnement. Le néon son objet de prédilection, en devient le symbole, le fétiche, le totem… génération néon. Né quarante ans après, son objet fétiche eut sans doute été l’écran.

Qui ? Mais Pedro Cabrita Reis, enfin ! Vous ne le connaissez pas ? Ne rougissez pas, je n’avais jamais vu son travail avant de voir son exposition Les lieux fragmentés à l’Hôtel des Arts de Toulon. Méconnaître le travail de Pedro Cabrita Reis n’est pas grave en soi mais ne pas aller la découvrir alors qu’il est présenté à proximité est plus problématique. Avant votre future visite, je vous livre mon ressenti.

Pedro Cabrita Reis aime sculpter l’environnement dans lequel il travaille et le terme d’installation s’adapte beaucoup plus à sa philosophie que les termes d’exposition ou d’accrochage. Les lieux fragmentés, titre de ses implantations générales s’appliquent également à certaines de ses œuvres conçues in situ pour s’adapter au lieu qu’elles colonisent devenant ipso facto uniques.

Comme l’enfant que je fus… il y a de plus en plus longtemps, construisait sa cabane en s’adaptant au milieu ambiant : branchages et fougères dans les bois, cagettes et tissus dans les greniers, balles de foins et ficelle dans les granges, Pedro Cabrita Reis utilise dans ses créations, les objets usuels les plus ordinaires (portes, fenêtres, etc.) qu'il associe à des matériaux industriels (néons, poutrelles d'acier et briques).

Là où l’enfant que je fus… il y a encore plus longtemps qu’il y a deux minutes, s’initiait sans le savoir aux matériaux, aux formes, à l’architecture, Pedro Cabrita Reis réutilise la démarche pour créer des compositions abstraites qui questionnent le logement, l'habitat, la construction et le territoire.

Les lieux qu'il évoque, les lieux qu’il construit sont imprégnés de ses souvenirs personnels mais rendant compte de son époque, des nôtres également. Les lieux qu'il évoque, les lieux qu’il construit sont chargés de sens en nous interrogeant sur les matériaux, leur heure de gloire, leur profusion, leur abandon, leur recyclage ajoutant une dimension environnementale à sa réflexion sur le bâti.

Si comme moi, vous préférez profiter pleinement de cette exposition, pénétrer dans cet espace sans y être perturbé par une présence anthropique envahissante, vous pouvez jusqu’au 19 avril 2015 vous présenter à l’hôtel des Arts de Toulon tous les jours dès 10 h 00, vous partagerez pendant quelques minutes le monde imaginé par Pedro Cabrita Reis avec une solitude, un calme et une sérénité garantis.

Pedro Cabrita Reis Unnamed word - Melacolia - Favorite Place - Lieux frgmentés © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.comPedro Cabrita Reis Unnamed word - Melacolia - Favorite Place - Lieux frgmentés © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.com
Pedro Cabrita Reis Unnamed word - Melacolia - Favorite Place - Lieux frgmentés © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.comPedro Cabrita Reis Unnamed word - Melacolia - Favorite Place - Lieux frgmentés © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.com

Pedro Cabrita Reis Unnamed word - Melacolia - Favorite Place - Lieux frgmentés © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article