Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Festival de Cannes, #Europe, #Epoque contemporaine, #Amour, #Tourisme, #Bad boys
Ruben Östlund - Snow therapy
Ruben Östlund - Snow therapy

Cher Ruben Östlund,

Vous avez un admirateur en France qui ne rate aucun de vos films … MOI ! Et le film Turist ou Force majeure présenté au dernier Festival de Cannes dans la catégorie Un Certain Regard désormais intitulé Snow therapy est le troisième film que je dévore avec plaisir.

Cher Ruben Östlund, j’aime votre œuvre parce qu’elle m’irrite, parce qu’elle me bouscule dans mes convictions, parce qu’elle me dérange dans mes certitudes. J’aime vos œuvres parce qu’elle me révèle que les petites lâchetés de vos personnages pourraient fort bien être les miennes. En fait, tous les petits renoncements de vos personnages, ce sont les miens potentiels que vous m’exhibez, tous les petits travers humains que vous distillez, j’ai l’impression que certains me sont attribués.

Dans De ofrivilliga ou Involontaire présenté en 2008 au Festival de Cannes dans la catégorie Un Certain Regard également, rebaptisé à sa sortie en France Happy Sweden, je me suis longtemps demandé où vous vouliez en venir avec vos histoires parallèles jusqu’au moment où l’égoïsme sous toute ses formes soit parce qu’on est patriarche, soit parce qu’on veut trop bien faire, soit parce qu’on à honte, soit parce qu’on est inconscient, est apparu comme l’essence même du film.

Play présenté au Festival de Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs en 2011 n’a pas eu la chance de sortir en France, hélas ! Trois fois hélas ! Non seulement j’aurais aimé le revoir pour son propos sur le racisme et la petite délinquance réellement novateur et forcément dérangeant mais également pour sa forme avec ses longs plans séquences qui jouent subtilement avec le champ et le hors-champ faisant de nous des « plus que spectateurs », nous mettant dans la peau de « presque acteurs passifs », responsables de ce que nous voyons.

Dans Snow Thérapy, changement de registre. Cette fois-ci c’est la virilité qui est attaquée. Tomas (Johannes Bah Kuhnke, le Hubot Rick dans la série Real Humans) a-t-il dans un moment de peur panique réellement abandonné sa famille en pleine avalanche ? Ebba (Lisa Loven Kongsli), traumatisée, se charge de lui rappeler, volontairement ou non, à la moindre occasion prenant tout l’entourage à témoin. Et le film fonctionne comme le comique de répétition, le spectateur attendant le moment où le sujet va revenir invariablement sur le tapis écornant à chaque fois davantage le mari, le père et la virilité.

Cher Ruben Östlund,

Lorsque vous sortirez votre quatrième long métrage, bientôt j’espère, cherchez moi dans la salle, je ne serai pas loin !

Ruben Östlund et son équipe présentent Snow therapy - Cannes - Mai  © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.comRuben Östlund et son équipe présentent Snow therapy - Cannes - Mai  © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.comRuben Östlund et son équipe présentent Snow therapy - Cannes - Mai  © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.com

Ruben Östlund et son équipe présentent Snow therapy - Cannes - Mai © Théodore Charles un-culte-d-art.overblog.com

Commenter cet article