Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Amérique latine, #Opéra
José Cura, portrait
José Cura, portrait

Immensément connu pour ses rôles dans de nombreux opéras, le spectacle de musique argentine proposé par le ténor José Cura était évidemment très attendu. Las, mardi, salle Garnier, une partie du public a simplement pu comprendre sur le vif la profonde différence entre une star et un artiste.

Dans un dispositif scénique réduit à sa plus simple expression avec Kristine Okerlund au piano et Anthéa Sogno, en récitante, José Cura, perché sur sa chaise, donne le ton. La soirée sera « cool, entre potes », d’ailleurs il fait venir le régisseur sur scène, en l’appelant par son prénom, le serre dans ses bras… Du reste, il est habillé comme l’as de pique… « Entre potes » on vous dit !

Le spectacle se déroule sans aucune surprise : José Cura papote, Anthéa Sogno, plantée dans son fauteuil, récite un poème que José Cura (nez dans la partition !), accompagné de Kristine Okerlund, chante. Au bout de quelques minutes à peine, l’ennui nous gagne et ce n’est pas le manque évident de préparation et de répétition qui nous sortira de cette torpeur. La soirée promet d’être longue … très, très longue !

Cruelle erreur ! Le spectacle est finalement venu de la salle elle-même. Non contents d’être complètement statiques, José Cura et Anthéa Sogno n’avaient à l’évidence pas pris la peine de vérifier au préalable acoustique et amplitude sonore. L’un comme l’autre étant difficilement audibles, c’est un « Plus fort » qui a fusé de la salle interrompant un poussif monologue.

Comme le ton était à la soirée « entre potes », José Cura a répondu par une boutade avant qu’un « Chantez s’il vous plaît !» ne fuse à nouveau transformant en quelques secondes la soirée « entre potes » en une soirée « Princesse outragée ». « Ne vous inquiétez pas, Madame, je vais chanter jusqu’à ce que vous n’en puissiez plus ! » a déclaré la star vexée rajoutant du coup une prétention sans nom à un manque de professionnalisme évident pour un spectacle d’une banalité affligeante.

« Je me mets à nu devant vous » a rajouté la star instillant un nombrilisme mal-à-propos collant parfaitement à ce gâchis scénique. La salle qui s’est amplement vidée pendant l’entracte lui a tacitement répondu « Allez donc vous rhabiller ! ».

La star José Cura a fait son show…. mais où était donc l’artiste José Cura ce soir là ?

Commenter cet article