Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Opéra, #baroque, #Antiquité, #Epoque moderne, #Europe
[Musique – Opéra de Monte-Carlo Monaco] mais que serait Cléopâtre sans son Jules ?

Petit saut dans le temps par rapport à l’époque de Salomone Rossi (voir article précédent) pour s’attaquer (au sens musical bien sûr) à Giulio Cesare de Haendel. Le hasard des calendriers faisant heureusement les choses, il se trouve que le Giulio Cesare que j’entendrai ce soir en version de concert à Monaco, je le découvrirai en version scénique début 2015 à l’opéra de Toulon.

Autre variante importante, le rôle-titre tenu ce soir par le haute-contre Christophe Dumaux sera tenu par la mezzo Sonia Prina à Toulon. Enfin, Roberta Invernizzi sera Cléopâtre à Toulon, celle de ce soir s’appelle Natalie Dessay et c’est autour de son nom que la communication s’est faite.

Effectivement, ce qui nous est présenté comme un « concert Natalie Dessay » est en fait un concert de Natalie Dessay et de Christophe Dumaux composé d’extraits de l’opéra de Haendel : récitatifs, airs et duos. Et la partie de Christophe Dumaux est loin d’être négligeable notamment la première partie qui repose essentiellement sur lui.

La direction de l’orchestre, Le Concert d’Astrée, est assurée avec précision par sa fondatrice Emmanuelle Haïm. La prestation de l’ensemble et de sa conductrice ne faillit pas à sa réputation d’excellence.

Natalie Dessay semble en retrait par rapport à d’habitude, une toux discrète nous interroge sur sa forme … rhume ou chat dans la gorge ? Le chat étant sacré en Egypte, impossible de l’éliminer mais Cléopâtre l’amadouera en deuxième partie où nous retrouvons une Natalie Dessay plus convaincante qui, enfin dans son rôle, emporte l’adhésion.

Mais Cléopâtre ne serait décidément rien sans « son Jules » alias Christophe Dumaux, véritable découverte de cette soirée. Saisissant sa chance, il habite le rôle et montre toutes les facettes de son talent. Très à l’aise dans l’alto et le contralto, il rattrape avec bonheur la triste expérience, fort peu audible, de Cenčić l’an dernier. Le premier est moins connu que le suivant … c’est à mon avis bien dommage.

Emmanuelle Haim - Christophe Dumaux - Natalie DessayEmmanuelle Haim - Christophe Dumaux - Natalie DessayEmmanuelle Haim - Christophe Dumaux - Natalie Dessay

Emmanuelle Haim - Christophe Dumaux - Natalie Dessay

Commenter cet article