Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #baroque, #Epoque moderne
[Musique – Opéra de Monte-Carlo] Max Emanuel Cenčić, cruelle désillusion !

Évidemment, je suis un peu binaire ! Lorsque mes sens atteignent la zénithale artistique, je le dis et j’essaie de vous faire partager cette plénitude, lorsque mes sens prennent juste de la hauteur ou, pire, quand ils ne décollent pas, je le dis sans me soucier de la notoriété des interprètes, des prouesses passées, du rouleau compresseur médiatique, du poids de l’opinion publique ou que sais-je encore. N’ayant rien à quémander, pas même une invitation, n’ayant rien à prouver, pas même mon incompétence, je mène ce blog comme mon journal, au rythme du quotidien de mes curiosités comme il s’intitule d’ailleurs. Je ne livre que mes impressions, je ne suis pas critique d’art.

La vedette du jour s’appelle Max Emanuel Cenčić, il est accompagné pour son concert Rokoko, par l’Armonia Atenae, nouveau nom international du Camerata d’Athènes, dirigé par George Petrou. Chez les contre-ténors et autres haute-contre, Max Emanuel Cenčić dispute la vedette, entre autres, au français Philippe Jaroussky ou à l’Argentin Franco Fagioli. C’est donc à juste titre que ce concert est présenté comme un événement.

Le programme de Rokoko aborde exclusivement les œuvres du prolixe compositeur allemand de musique baroque du XVIIIème siècle Johann Adolf Hasse, auteur de plus d’une cinquantaine d’opéras et de nombreux oratorios. Cela tombe parfaitement bien, je ne le connais pas. Le programme Rokoko est ponctué de quelques intermèdes orchestraux : ouvertures (« Artemisia », « Siroe, rei di Persia ») et le concerto pour mandoline en sol majeur, opus 3 no 11 interprété par Markellos Chrysikopoulos.

Et puisqu’il est question de Balkans, … « C'est là que les Athéniens s'atteignirent, que les Perses se percèrent, que les Satrapes s'attrapèrent, et que les Mèdes s'... » ; Max Emanuel Cenčić, connu pour ses vocalises dans le suraigu, reste cantonné dans le médium, semble avoir perdu ses aigus, est même carrément inaudible à certains moments. C’est seulement dans ses deux bis qu’il se « rattrape » et se promène dans le suraigu. Fort heureusement pour moi, l’orchestre baroque sauve la soirée quoiqu’en dise une de mes miennes amies, baroqueuse à souhait, peu impressionnée par la prestation dudit orchestre.

Entendons-nous bien, je ne suis pas venu assister à une performance de cirque, je ne suis pas venu pour une prouesse technique vocale, je suis venu écouter un concert baroque donné en particulier par un contre-ténor que je n’ai pas entendu.

A la sortie, une vague connaissance placée dans la salle peu loin de moi m’apostrophe : « c’était bien, non ? ». Comme je lui réponds que ça aurait pu être bien si j’avais entendu quelque chose, il me répond que, LUI, était TRÈS TRÈS bien placé. Et encore, j’ai eu beaucoup de chance, il était trop poli pour dire que j’étais sourd. Ce fut tout compte fait, à l’exception de l’orchestre baroque Armonia Atena (je persiste !), une soirée assez désolante.

[Musique – Opéra de Monte-Carlo] Max Emanuel Cenčić, cruelle désillusion !

Commenter cet article