Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Amour, #Europe, #Opéra, #Lumière, #Musique, #Mythe, #Nature
[Musique - Opéra de Monte Carlo] Allo Rusalka ?

Dans Blue Velvet, David Lynch nous fait entrer et sortir de l’histoire avec un homme qui tond son gazon. Dieter Kaegi dans Rusalka de Dvorak nous fait entrer dans l’histoire avec un couple qui disparaît dans un marigot central et nous en fait sortir avec le même couple en visite autour de l’étang. Meilleure manière de nous rappeler la pérennité des contes et légendes dans notre quotidien.

Mai qui est Rusalka ? Rusalka, créature des eaux, avoue à son père l'Ondin qu'elle est amoureuse d'un prince. En présence de la sorcière Jezibaba, elle accepte d'être muette en échange de l’amour du prince. Malheureusement, celui-ci s'intéresse à une princesse étrangère et la délaisse.

Rusalka est donc une histoire d’amour aquatique que la scénographie et les créations lumières rendent particulièrement oppressante : omniprésence de l’étang circulaire, omniprésence de la lune entourée de brume en fond de scène qui sert de cadre aux amours avortées et apparitions régulières du bleu Génie des Eaux qui émerge de son marigot comme un diable de sa boite.

Dieter Kaegi réalise un équilibre permanent entre rêve et illusion, transforme tour à tour ce marigot en lieu de vie de créatures mythique et en lieu de pique-nique, joue sur les deux niveaux de l’histoire (la réalité terrestre et le fantastique aquatique) et accentue le trait en utilisant des marionnettes manipulées par des comédiens à vue.

Mieux ! Il maîtrise ses acteurs et nous présente un plateau équilibré avec des personnages possédant ce qu’il faut de caractère sans sombrer dans la caricature. Le Génie ondin au chant caverneux (Alexeï Tikhomirov), le Prince vraiment charmant (Maxim Aksenov), la Princesse étrangère aguicheuse et venimeuse (Tatiana Pavlovskaïa) formant une parfaite opposition avec les Nymphes ou Rusalka (Barbara Haveman) et une sorcière de luxe (Ewa Podleś) font de Rusalka une réussite pour ses débuts (enfin !) à Monaco 30 ans après ses débuts (enfin !) en France.

[Musique - Opéra de Monte Carlo] Allo Rusalka ? [Musique - Opéra de Monte Carlo] Allo Rusalka ?

Commenter cet article