Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Amour, #Théâtre
[Théâtre - Théâtre des Variétés - Monaco] "Unis sont" : exercice de style autour du jeu amoureux

Entre deux films au Festival, je prends le temps de revoir le spectacle proposé par Sophie Cossu et la compagnie des Farfadets : Unis Sont que j'avais vu dans sa première mouture il y a un an.

Unis Sont met en scène douze comédiens, deux danseurs, un vidéaste sous la direction de Sophie Cossu. La présentation proposée se fonde sur les ateliers d'écriture que la compagnie a menés sur le geste amoureux.

L'espace est découpé en trois niveaux de jeu, le premier plan avec deux lits dans lesquels les couples alterneront... scènes de la vie pas encore conjugale, le deuxième plan lieu de passage et le troisième plan, virtuel lui, les projections de scènes filmées qui contextualisent, qui tiennent lieu de prologues aux scènes.

Le prologue de la pièce fait déambuler des personnages en fond de scène. Ils se voient, se scrutent s’ignorent, se retournent fugacement ou plus longuement sur l'autre, avant de reprendre leur marche. Depuis que Zeus a découpé en deux les androgynes, chaque moitié recherche l'autre.

Toutes les relations amoureuses sont passées au peigne fin. C’est souvent drôle, certaines fois sarcastique, quelquefois amer. Pour varier le plaisir, la compagnie joue sur le film à sketch comme la scène gay ou sur le comique de répétition avec la scène des ronflements de la conquête trop tôt endormie pour avoir trop bu.

Les danseurs interviennent à deux reprises mais leur prestation certes de qualité alourdissent le propos au lieu de l'éclairer, fige une pièce qui avait pris le parti d'être résolument dans le contemporain.

Si la première version n'avait pas fait appel à la technique, cette nouvelle mouture est amplifiée afin que les comédiens soient plus à l'aise dans les variations phoniques, du chuchotement au cri.

Enfin la pièce se clôt avec une scène qui, de l'aveu même de Sophie Cossu, n'a pas été écrite par les protagonistes. Après avoir eu un extrait de Phèdre de Racine dans le déroulé de l'action, comment pouvait-on passer à côté de Roméo et Juliette d'un certain Shakespeare ?

Belle soirée passée en compagnie de nos très nombreux couples qui aujourd'hui, désunis ou unis sont.

Commenter cet article