Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Musique, #Epoque contemporaine, #Europe
[Musique - Théâtre de la Photo Nice - Mancas 2013] La relève : Deux créations mondiales

Ce qui me plaît dans les mancas c’est la découverte d’œuvres de notre temps dont on ne sait ce qu’elles vont devenir. Je ne prétends pas comprendre, je ne prétends qu’à la curiosité et à la possibilité de voir une œuvre évoluer au point que son créateur ne la maîtrisera plus lorsqu’elle aura trouvé son public.

Le CIRM présente les œuvres de deux jeunes créateurs : Vincent-Raphaël Carinola et Raphaëlle Biston. La création est assurée par l' « Instant Donné », ensemble instrumental qui se consacre à l’interprétation de la musique de chambre d’aujourd’hui. Cet ensemble en lui-même est déjà très intéressant car il fonctionne en collégial sans direction d'orchestre (chaque musicien étudie l’intégralité de la partition et pas uniquement sa propre partie) et se veut délibérément à géométrie variable même si les interprètes sont fixes : neuf musiciens (flûte, hautbois, clarinette, harpe, piano, percussion, violon, alto, violoncelle) pour s'adapter au plus grand nombre d’œuvres.

Hypérion de Vincent-Raphaël Carinola pour flûte, clarinette, violon, percussion et dispositif électroacoustique octophonique surprend par sa disposition : les musiciens sur scène semblent davantage une accumulation de solistes qu’un ensemble pendant que le dispositif électroacoustique nous diffuse par hauts parleurs des sonorités du quotidien ou des prolongements de la musique instrumentale.

Parages de Raphaëlle Biston pour flûte, clarinette, violon, piano, percussions et dispositif électroacoustique est une pièce, en trois mouvements et deux interludes électroacoustiques. Les sons en direct ou préalablement enregistrés se situent “dans les parages “ des autres.

Évidemment, mon oreille de novice, d'amateur est davantage rassurée par la composition de Raphaëlle Biston à la structure plus «classique» en trois mouvements et deux préludes. Les habitudes ont la vie dure !

Commenter cet article