Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Festival de Cannes, #Proche orient, #Epoque contemporaine, #Bad boys, #Violence
[Cinéma - Mercury - Nice ] Persian puzzle

Ça avait l’air pourtant simple : un homme qui se rend en taxi à l’aéroport de Téhéran est passé à tabac et enlevé par des sbires. Le flash back suivant nous lançait dans un film type polar avec résolution type thriller.

Sauf que tout se complique car le réalisateur d’Une Famille Respectable joue avec les strates spatiotemporelles et entrecroise les trames narratives comme si la confusion de ses propres souvenirs d’enfants (il est né en 1972 et a donc l’âge de son héros) et de son ressenti des événements iraniens de ces trente dernières années venaient télescoper la fiction.

Le film nous présente l’Iran actuel : une famille éclatée, un père mourant cherchant la rédemption, un fils iranien exilé en France qui n’est de passage en Iran que pour saluer sa mère et donner quelques cours à l’université de Chiraz et qui a des problèmes de papier pour repartir, un demi-frère, homme d’affaires louche dans la mafia du bâtiment et des travaux publics, un Téhéran en perpétuelle construction avec des mosquées qui semblent pousser comme des champignons, la voix d’Ahmadinejad omniprésente via ses poèmes à la radio.

Mais le film nous renvoie aussi à l’Iran de la révolution des Mollahs, celui des années 80 avec les problèmes d’alimentation, le père épicier grossiste spéculateur, l’autorité masculine renforcée, la guerre Iran-Irak et la jeunesse sacrifiée dans cette boucherie.

La spéculation a changé d’objet mais elle n’a pas changé d’esprit ; elle a franchi une génération mais n’a touché qu’une branche de la famille : elle est passée du père à la famille de la deuxième épouse qui, elle, devient par contrecoup phobique de la saleté dans sa propre maison.

Mais qu’a-t-elle de respectable cette famille ? La « chance » d’avoir eu un martyr, le frère ainé qui permet le rachat de toutes les fautes et de tous les péchés y compris celui d’affamer l’Oumma, la communauté des croyants, y compris celui d’assassiner ses frères pour de juteuses affaires immobilières.

Le père mourant veut distribuer sa fabuleuse fortune d’argent sale à sa famille et c’est là que les ennuis commencent.

Une Famille respectable nous force sans cesse à remettre les morceaux du puzzle au bon endroit, nous fait passer d’une situation à l’autre, nous tient en haleine mais quel dommage d’avoir donné un air « trop poli pour être honnête » à un des personnages clé du film.

"Une Famille respectable" - Film de Massoud Bakhshi – Iran - 1 h 30 - Numérique - Ce film a été présenté au Festival de Cannes 2012 - sélection Quinzaine des Réalisateurs.

Commenter cet article