Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Festival de Cannes, #Bad boys, #Amour
[Cinéma - Festival de Cannes - Un Certain  Regard] Au menu, crudité et beaux morceaux

Après le Roi de l'évasion présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2008, je ne m’attendais pas à visionner un épisode des Bisounours même si le film est truffé de bisous préalables et de nounours gay.

N'y allons pas par quatre chemins ! L'Inconnu du lac n'est pas à mettre devant tous les yeux ce que confirme l'absence totale et inhabituelle de lycéens à la séance. L'esthétique du sexe dans les films de Guiraudie est souvent présente, quant à l'homosexualité, elle est omniprésente. Ici, la crudité du sexe nous est présentée tel qu'il se pratique dans le milieu de la drague homosexuelle ... publiquement, et rien ne nous a été épargné, ni l'érection ni l'éjaculation.

En effet, dans l'Inconnu du lac, Alain Guiraudie prend le parti de croiser (j'allais dire coupler) l'approche documentaire sur le milieu de la drague homosexuelle et le thriller.

Le regard que pose Alain Guiraudie sur le milieu gay est d'une absolue justesse. La répétition quasi-rituelle de certaines scènes (l'arrivée de la voiture de Franck sur le parking près du lac, l'entrée dans le sous-bois, les regards portés par les homosexuels sur tout nouvel arrivant, l'irruption régulière du voyeur), tout concourt à représenter ce milieu qui tourne en rond, qui se connaît sans se connaître, qui passe de plage en buisson, de buisson en bar, de bar en backroom jour après jour, semaine après semaine, mois après mois.

Les dialogues limités propres à tout milieu clos (tu fais quoi ? Tu habites où ? Etc.), les relations sexuelles rapides en guise de communication, le désintérêt pour l'absent, sont encore mieux rendus par le fait que Franck, le protagoniste du film, noue amitié et dialogue avec le seul hétérosexuel au corps vieillissant de la plage, celui qui, a priori, ne devrait intéresser personne.

La deuxième piste d'Alain Guiraudie, c'est le thriller. Qui a noyé le copain de Michel ? Franck s'en doute, le spectateur aussi mais Alain Guiraudie cherche à brouiller les pistes, cherche à nous faire douter.

Et les sentiments dans tout cela ? Franck et Henri nouent la seule histoire d’amitié du film. Franck est-il amoureux de Michel ? On finit par en douter jusqu'à l'ultime seconde. Quant aux autres, l'amour en est réduit au prêt à consommer sur place, pas à emporter.

C'est gonflé (passez moi l'expression !) mais particulièrement réussi sur l'insondable labyrinthe du désir.

L’Inconnu du lac - Alain Guiraudie - France – 2013 – 1 h 37

Commenter cet article