Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un-culte-d-art.overblog.com

Blog de mes curiosités

Publié le par Théodore Charles
Publié dans : #Cinéma, #Festival de Cannes
[Cinéma - Festival de Cannes 2013] Gilles Jacob et Thierry Frémaux dévoilent la sélection officielle 2013

Gilles Jacob et Thierry Frémaux ont dévoilé, lors de la conférence de presse du 18 avril dernier, la liste des films, incomplète comme il se doit, de la sélection officielle 2013 : compétition, hors compétition, séances spéciales et Un Certain Regard. Plutôt que de passer en revue les films des sélections que chacun peut retrouver sur le site du Festival, cet article explore quelques pistes sur les choix de la sélection officielle en reprenant le parcours des réalisateurs présents.

La compétition officielle :

C'est d’abord une affaire d'hommes et peu ou prou de cinquantenaires. Sur 19 réalisateurs des longs métrages sélectionnés en compétition (21 si on ajoute ouverture et clôture), seule Valeria Bruni-Tedeschi échappe aux fleurs du mâle. En revanche, les trois-quarts des réalisateurs sont nés dans les années 60. Le benjamin Amat Escalante (1979) et le doyen Roman Polanski (1933) encadrent leurs pairs.

Trois anciens lauréats de la palme d'or brigueront les suffrages du jury pour accrocher une deuxième palme à leur arbre : Roman Polanski (Le Pianiste en 2002), Joel Coen (Barton Fink en 1991) et Steven Soderbergh qui présente, dit-il, son dernier film, subtile manœuvre pour influencer le jury sachant que son premier film Sexe, mensonge et vidéo avait raflé la palme en 1989 ?

Quatre réalisateurs n'en sont pas à leur coup d'essai : Paolo Sorrentino est un habitué de la compétition officielle (cinquième participation après Il Divo en 2008 et This must be a place en 2011), James Gray revient pour la quatrième fois en compétition (la dernière avec Two Lovers en 2008), le japonais Kore-Eda Hirokazu revient en compétition après un détour par Un Certain regard en 2011 avec Air Doll tout comme le chinois Jia-Zhangke (I wish I knew en 2010).

Le Mexicain Amat Escalante (Sangre en 2005 et Los Bastardos en 2008) et la française Valeria Bruni-Tedeschi (Actrices en 2007), présents à Un Certain Regard, participent pour la première fois à la compétition officielle.

Cinq réalisateurs, les Français Arnaud Desplechin (Esther Kahn en 2000) et François Ozon (Swimming Pool en 2003), le tchadien Mahamat-Salé Haroun (Un Homme qui crie en 2010), le chinois Takeshi Miike (Hara-Kiri : mort d’un samouraï en 2011) et l’étatsunien Nicolas Winding Refn (Drive en 2011) reviennent en compétition pour la deuxième fois, certaines fois à des années de distance.

Cinq réalisateurs n'ont jamais rien eu à voir avec le Festival de Cannes et créent pour certains d’entre eux la surprise : Alexander Payne, Asghar Farhadi dont la présence ne saurait être étrangère au succès de Une Séparation, les français Arnaud des Pallières et Abdellatif Khechiche, davantage habitué de la Mostra de Venise, ou encore le néerlandais Ales Wardemerdam, inconnu des grands festivals.

La section Un Certain regard :

Les cinq réalisateurs qui présentent leur premier film concourront ipso facto à la camera d'or qui décerne le prix du même nom à une première œuvre quelle que soit sa section (officielle ou parallèle) d'origine. Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin, film présenté l'an dernier dans la sélection un Certain regard, avait emporté la caméra d'or.

Quatre réalisateurs sont des habitués des différentes sections du festival de Cannes : Passé par la Quinzaine des Réalisateurs (La Vie sur l’eau en 2005), Mohammad Rasoulof était déjà présent à un Certain Regard en 2011 (Au Revoir). Sofia Coppola revient à Cannes après la contestée Marie-Antoinette de 2006. Claire Denis est passée par la compétition officielle (Chocolat en 1988), Un Certain Regard (J’ai pas sommeil en 1994) et la séance de minuit (Trouble every day en 2001). Rithy Pahn, deux fois en séance spéciale (Les Artistes du théâtre brûlé en 2005 et Dutch, maître des forges de l’enfer en 2011), revient dans la section Un certain Regard quinze ans après (Un Soir après la guerre en 1998).

Quatre réalisateurs sont issus des sélections parallèles : hormis Alain Guiraudie qui avait présenté en 2009 le Roi de l'évasion à la Quinzaine des réalisateurs, les trois autres ont été révélés par la Semaine de la Critique. Hany Abu-Hassad a présenté en 2002 Le Mariage de Rana, un jour ordinaire à Jérusalem, Rebecca Zlotowski a signé en 2010 le film Belle Epine. Quant à James Franco, son court métrage, The Clerk's Talea, a fait la clôture de la Semaine de la critique 2010.

Deux réalisateurs philippins Lav Diaz et Adolfo Alix Jr ne sont pas des inconnus des festivals internationaux mais participent pour la première fois au festival de Cannes.

De quoi méditer en attendant la révélation des sections parallèles du Festival de Cannes la semaine prochaine.

Commenter cet article